TOGO-RECOMMANDATIONS-CEDEAO: Le PSDT invite les protagonistes à assouplir leurs positions

0 98
Le parti social démocrate du Togo (PSDT), dans un communiqué rendu public ce jeudi en réaction à la feuille de route  pour la sortie de crise au Togo proposée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), lance un appel aux Togolais.
Selon Laurent Lawson, premier secrétaire du PSDT actuellement à l’étranger, le moment est venu pour que chaque Togolais, où qu’il se trouve, quels que soient son rang social, son niveau d’éducation entre autres et soucieux du bien-être du Togo, fasse un effort pour contribuer à la réussite et l’avancement du Togo.
« Que chacun assouplisse sa position, place la République au bon milieu de son cœur car en définitive, ce que nous avons en commun et en partage, est plus important que ce qui nous distingue les uns des autres et qui parfois pourrait nous opposer les uns aux autres. Ce commun, c’est la République », écrit-il.
Le parti se dit conscient  de l’inquiétude qui saisit aujourd’hui nombre des Togolais mais reste rassuré qu’à travers le dialogue qui va reprendre incessamment entre l’opposition et le parti au pouvoir, aucun sujet ne sera laissé sans être traité et sans aucune solution consensuelle.
« La responsabilité première revient toutefois au gouvernement qui devra montrer sa disponibilité et sa volonté à nous sortir de la crise. Cette disponibilité reviendra à être transparente dans les différentes étapes à suivre avant d’arriver aux prochaines législatives fixées au 20 décembre prochain. Pour le bien du Togo, soyons unis et gagnons ensemble », indique le document.
Au PSDT, on pense que la volonté des parties prenantes, notamment l’opposition membre du groupe des 14 et le gouvernement pourra faciliter la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO.
Cette dernière, souligne M. Lawson, est une ‘étape clé dans l’histoire du Togo’. Le parti se réjouit de cette feuille de route malgré le doute qu’il ressent sur son contenu.
« La recomposition de la Cour constitutionnelle, la limitation du mandat présidentiel à 2, l’élection à 2 tours, la réalisation des réformes et le vote de la diaspora  pourront amener à un compromis minimum pour la résolution de la crise avec le soutien des médiateurs et pour le bon devenir du Togo et de ses habitants », relève-t-il. (GBA/2018)
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.