EGYPTE : 18 jihadistes présumés tués dans le Sinaï

0 113

(ASPAMNEWS) – Les forces de police égyptiennes ont tué 18 terroristes lors d’une fusillade survenue dans la ville de Bir El-Abd située dans le Nord-Sinaï, une région en proie à l’instabilité sécuritaire, a déclaré dimanche le ministère égyptien de l’Intérieur.

« Le département de la sécurité nationale a reçu des informations au sujet d’un groupe de terroristes réfugiés dans une maison à Bir al-Abd », une ville dans la province du Nord-Sinaï, a annoncé le ministère dans un communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche.

Les forces de sécurité se sont rendues sur place samedi et ont « visé et tué 18 terroristes après des échanges de tirs avec eux ».

Treize armes automatiques, deux ceintures d’explosifs et trois engins explosifs ont été retrouvés dans la maison, a également précisé le ministère.

Cette opération intervient deux jours après une attaque revendiquée par l’EI contre un véhicule de l’armée égyptienne à Bir al-Abd, dans laquelle 10 militaires avaient été « tués ou blessés », selon les autorités militaires qui n’ont donné davantage de précisions sur le bilan.

Le lendemain de l’attaque, l’armée avait déjà annoncé avoir tué deux jihadistes présumés « très dangereux » dans le Sinaï, péninsule en proie à une insurrection.

Dimanche, l’armée égyptienne a également publié un communiqué sous la forme d’une vidéo affirmant qu’un total de 126 suspects avaient été tués lors de 22 opérations, sans préciser sur quelle période.

L’armée annonce aussi que dans le même temps 15 militaires ont été « tués ou blessés ».

En outre, 228 « caches utilisées par les terroristes » ont été détruites et 266 « éléments criminels » ont été arrêtés, selon la même source.

Les forces de sécurité égyptiennes s’efforcent depuis des années de contenir l’insurrection dans le nord du Sinaï, à laquelle prend part un groupe local affilié à l’EI. L’insurrection s’est intensifiée après l’éviction par l’armée, en 2013, du président islamiste Mohamed Morsi à la suite d’importantes manifestations.

L’armée a lancé en février 2018 une vaste opération « antiterroriste » dans la région mais aussi dans certaines parties du désert occidental, entre la vallée du Nil et la frontière avec la Libye.

Depuis son lancement, plus de 925 jihadistes présumés et des dizaines de membres des forces de sécurité ont été tués, selon les chiffres officiels.

Aucun bilan vérifié de source indépendante n’est cependant disponible et la région est largement interdite aux journalistes. (APL/2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.