ZIMBABWE: le journaliste Jeffrey Moyo libéré de prison sous caution de 59 $

0 180

16 JUIN (ASPAMNEWS)- Jeffrey Moyo, journaliste indépendant zimbabwéen du New York Times (NYT) , a finalement été libéré de sa détention à la prison de Bulawayo mardi soir après qu’un tribunal a décidé d’accorder sa libération sous caution à 5 000 $ ZW (59 $).

Tout ne s’est pas passé aussi bien que prévu.

La représentante légale Amanda Sihle Ndlovu a dû affronter une situation délicate pour son client malgré l’ordonnance de sa libération rendue publique par la Haute Cour.

« Nous avons eu un peu d’attente et de retard et nous nous attendions à ce qu’il soit libéré vers 17 heures cet après-midi. Cependant, malheureusement, environ une heure et demie plus tard, alors que nous attendions – nous sommes à l’extérieur de la prison de Bulawayo au moment – environ une heure et demie plus tard, nous avons été informés qu’il y avait apparemment une erreur dans le mandat de libération.

« Et c’est un problème technique et administratif. Ils nous ont conseillé et nous ont demandé de revenir demain matin quand cette erreur devrait être rectifiée pour qu’il soit libéré. ​​Donc, malheureusement, nous ne voyons pas Jeffrey ce soir et nous espérons que demain matin, toute la situation sera rectifiée et il sera libéré de la prison de Bulawayo.

« C’est très malheureux quand vous avez toutes ces choses imprévisibles à venir. Ce n’est pas vraiment agréable d’annoncer de mauvaises nouvelles. J’aurais aimé que Jeffrey le fasse lui-même, mais je dois quand même agir à titre représentatif. »

Dans une tournure positive pour le journaliste très respecté, l’équipe juridique de Jeffrey Moyo avait fait appel avec succès contre la décision antérieure du magistrat de lui refuser la libération sous caution.

Malgré le « pépin » susmentionné qui s’est produit par la suite, Ndlovu a finalement réussi à faire changer les choses pour Moyo – qui aurait été libéré tard mardi.

L’homme de 37 ans a été arrêté le 26 mai à Harare pour avoir prétendument facilité l’entrée frauduleuse au Zimbabwe le mois dernier de deux collègues Christina Goldbaum et Joao Silva – en leur fournissant de fausses cartes d’accréditation médiatique.

Les deux journalistes venus au Zimbabwe pour une mission d’une semaine ont ensuite été expulsés vers l’Afrique du Sud quatre jours après leur arrivée.

Selon la Commission zimbabwéenne des médias, les deux journalistes n’avaient pas obtenu l’autorisation de travailler dans le pays et n’étaient pas accrédités. (AFN/2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.