MALI: réaction des candidats à la présidence en France après l’expulsion de l’ambassadeur de France à Bamako

0 122

BAMAKO, 1er FEVRIER (ASPAMNEWS)- Les réactions fusent du côté de Paris depuis l’annonce de l’expulsion, le lundi 31 janvier, de son ambassadeur du sol malien par Bamako. Si le ministère français des Affaires étrangères dit «prendre note» de cette décision, cette dernière semble mal accueillie au sein de la classe politique française, à en croire les réactions de quelques candidats à l’élection présidentielle d’avril 2022.

«Les militaires maliens incapables de protéger leur propre pays osent chasser notre ambassadeur», fustige la candidate du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen. Elle a promis qu’une fois présidente de la République, elle fera «respecter la France et son Armée».

«Face à l’attitude de la junte malienne, il faut bloquer l’aide au développement et le transfert de fonds, y compris individuels, qui partent de France vers le Mali (12% du PIB du Mali !). Je ne supporte pas que notre Armée soit humiliée par le Gouvernement malien!», a-t-elle lancé sans concession.

Quant au candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, il se veut plus mesuré et appelle à «vider l’abcès» avec Bamako et à la définition d’un plan d’actions par le Parlement. «Avant que les sacrifices et nos morts au Mali n’aient été rendus vains, avant que la déchirure soit complète, il est temps pour la France de revenir au réel et de vider l’abcès avec le pouvoir malien actuel. Et que l’Assemblée nationale soit saisie et décide d’un plan d’actions», a déclaré le candidat insoumis.

L’expulsion du diplomate par les autorités maliennes de la Transition passe mal chez Dupont Aignant, candidat à la présidentielle française. Pour lui, «la France ne peut pas être le paillasson du Mali». «53 militaires français ont donné leur vie au Sahel et le Gouvernement malien ose expulser notre ambassadeur», développe-t-il.

Il évoque des mesures de rétorsion: «La suppression de tout visa pour de nouvelles entrées de Maliens sur le sol français, l’expulsion manu militari des Maliens clandestins résidant en France, la révision de notre dispositif militaire au Sahel».

Éric Zemmour, lui, fait remarquer que les soldats français meurent pour un pays qui humilie la France. «Nous nous battons pour expulser les djihadistes du Mali, mais le Mali expulse notre ambassadeur. Nos soldats meurent pour un pays qui nous humilie! Toute la politique africaine de la France est à repenser », a écrit sur Twitter le candidat à la présidentielle française. (SPM/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.