Sommet mondial 2022 : Les dirigeants mondiaux recherchent la paix dans la péninsule coréenne

0 186

14 FÉVRIER (ASPAMNEWS)- Le Sommet mondial 2022 (Sommet pour la paix dans la péninsule coréenne) a honoré le samedi 12 février 2022, un vaccinologue britannique et une alliance mondiale pour les vaccins en lui remettant le 5e prix Sunhak pour la paix, dans le cadre de sa deuxième journée d’activités en Corée du Sud.

Ce Sommet  qui s’est tenu du 11 au 13 février, a rassemblé des dirigeants du monde entier et un public virtuel mondial pour écouter et discuter des moyens de mettre fin pacifiquement à la dernière division de la guerre froide, à savoir la péninsule coréenne. Ce sommet a vu la participation de 160 nations, dont 157 ayant des liens diplomatiques avec l’une des deux Corées ou les deux.

Le Sommet parrainé par la Fédération pour la paix universelle (FPU) et le gouvernement royal du Cambodge, est accueilli par le Dr Hak Ja Han Moon, cofondatrice de la FPU, et coprésidé par le Premier ministre cambodgien Samdech Hun Sen et S.E. Ban Ki-moon, ancien Secrétaire général des Nations Unies. La cérémonie de remise du prix Sunhak pour la paix de vendredi a honoré le professeur Sarah Catherine Gilbert, de l’université d’Oxford, et Gavi, l’Alliance pour les vaccins, en tant que lauréats 2022.

Le professeur Gilbert a expliqué comment elle avait passé des années en vaccinologie à combattre des maladies connues, mais aussi à se préparer à une future « maladie X ». Le 1er janvier 2020, lorsqu’elle a lu un article sur une nouvelle maladie respiratoire terrible en Chine, elle s’est empressée d’organiser une réponse. Le vaccin Oxford-AstraZeneca pour le COVID-19 était prêt pour ses essais en quelques semaines et aujourd’hui, 2,5 milliards de doses ont été produites pour être utilisées dans 170 pays. Les pays à faible revenu ne paient que peu ou pas du tout pour les vaccins, a-t-elle précisé, par un accord selon lequel ce vaccin doit être disponible pour tous. Maintenant qu’il existe d’autres vaccins pour lutter contre le COVID-19, a-t-elle ajouté « Nous pouvons nous réjouir de voir nos vies reprendre leur cours normal. »

Le Dr Seth Berkley, PDG de Gavi, l’Alliance pour les vaccins, a expliqué comment son organisation a coordonné le dispositif COVAX pour faire en sorte que les pays en développement puissent obtenir des vaccins aussi facilement que les pays riches. L’objectif était « une chance égale pour un avenir sain » a déclaré le Dr Berkley, en ajoutant que COVAX a livré 1 milliard de doses de vaccin COVID-19 à 144 pays.

S.E. Jose Manuel Barroso, président du comité de sélection du prix Sunhak pour la paix, l’honorable Newt Gingrich, président de la Chambre des représentants des États-Unis (1995- 1999), et S.E. Ehud Olmert, premier ministre d’Israël (2006-2009), ont adressé des félicitations aux lauréats. Le prix biennal  En 2020, le prix spécial du fondateur a été ajouté au prix Sunhak pour la paix. Cette année, le deuxième prix spécial a été décerné à Samdech Hun Sen, Premier ministre du gouvernement royal du Cambodge, pour ses décennies d’efforts visant à guérir le Cambodge de sa guerre civile et de son passé meurtrier, et à l’élever vers la prospérité et la paix. « Certains considèrent la paix comme acquise, mais ceux qui ont vécu la guerre savent combien la paix est précieuse » a déclaré M. Hun Sen. De nombreux intervenants de la journée ont parlé de l’importance de la liberté religieuse et de la prière, essentielles pour résoudre la division de la péninsule coréenne. « Nous savons que la paix ne peut être pleinement atteinte que par la foi » a déclaré le pasteur Paula White-Cain, responsable des Paula White Ministries et conseillère spirituelle de l’ancien président Donald J. Trump. « La liberté religieuse est un élément constitutif de la paix et de la sécurité » a déclaré l’ambassadrice Callista Gingrich, ambassadrice des États-Unis auprès du Saint-Siège (2017- 2021), qui a fait remarquer que 80 % de la population mondiale vit encore dans des nations, dont la Chine, la Russie et la Corée du Nord, où la liberté religieuse est « fortement ou sévèrement restreinte. »

Selon le très honorable Stephen Harper, Premier ministre du Canada (2006-2015), il a déclaré qu’il considérait la liberté de religion comme essentielle à la paix et à la stabilité nationale qu’il a créé un Bureau de la liberté de religion pendant son mandat. Ainsi, d’autres ont insisté sur l’unité de l’humanité pour provoquer le changement. « La prière d’une personne peut être un rêve, mais les prières de millions de personnes deviennent une vision » a déclaré le prophète Samuel Radebe, fondateur et dirigeant de The Revelation Spiritual Home en Afrique du Sud. Sans le Créateur, a-t-il ajouté, « les problèmes de ce monde ne peuvent être résolus ». Les dirigeants sud-coréens, l’honorable Hyung Suk Kim, ancien vice-ministre du ministère de l’Unification, et l’honorable Shim Jae Kwon, président de la commission des affaires étrangères et de l’unification (2012-2016), étaient parmi ceux qui ont raconté l’histoire frustrante des pourparlers de paix en Corée. Les négociations à Pyongyang avec les Nord-Coréens ont été « difficiles » et « décevantes » a déclaré l’honorable Mike Pompeo, secrétaire d’État américain (2018-2021). Nous pensions qu’il y avait une « opportunité tangible de créer la paix » a-t-il déclaré, mais « malheureusement, nous ne sommes pas allés jusqu’au bout. »

L’honorable Mark Esper, secrétaire américain à la Défense (2019-2020), a proposé plusieurs mesures proactives à prendre, telles que l’approfondissement des relations entre les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon, et « engager la Chine ensemble « . » Ce type de liens peut être étendu à de nombreux autres pays, comme l’Europe, l’Inde et les pays insulaires d’Asie, a-t-il déclaré. Quant à d’autres participants, ont cité l’exemple de la réunification de l’Allemagne et du Viêt Nam, qui ont emprunté des voies différentes pour résoudre le problème de leurs nations divisées. « Le Vietnam a maintenant une économie bouillonnante » et les succès économiques de l’Allemagne sont bien connus, a déclaré S.E. Maithripala Sirisena, président du Sri Lanka (2015-2019). « Nous avons besoin d’une nouvelle imagination » a déclaré S.E. Suos Yara, président de la commission des affaires étrangères et de la coopération internationale du Cambodge. Les sujets diplomatiques pourraient inclure la signature d’un traité de paix coréen dès que possible, la conversion de la DMZ en un lieu de paix et une zone de libre-échange et l’investissement accru dans la coopération culturelle, compte tenu des expériences intercoréennes chaleureuses lors des Jeux olympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang. « Les dirigeants doivent s’asseoir avec leurs adversaires et dire : « Que pouvons-nous faire pour résoudre ce problème ? a déclaré l’honorable Dan Burton, qui a servi pendant trois décennies à la Chambre des représentants des États-Unis. (SPM/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.