NIGERIA: nomination d’un nouveau président du parti au pouvoir

0 858

LAGOS, 28 MARS (ASPAMNEWS)- Le parti au pouvoir au Nigeria a nommé un nouveau président lors d’une convention nationale destinée à mettre fin aux luttes intestines alors qu’il se prépare à sélectionner un candidat pour remplacer le président Muhammadu Buhari lors des élections de 2023.

Muhammadu Buhari, qui a été élu pour la première fois en 2015, a passé des semaines à négocier avec les gouverneurs d’État et les délégués du parti pour pousser une position consensuelle avant la convention de samedi.

Tard samedi soir, le parti s’est mis d’accord sur Abdullahi Adamu, un sénateur qui avait été soutenu par Buhari pour éviter de nouvelles luttes intestines, selon le comité électoral du parti All Progressives Congress (APC).

« J’ai eu des raisons d’intervenir dans la crise de leadership qui était sur le point de provoquer la confusion« , a déclaré Buhari dans un communiqué. « Nous devons éviter de surchauffer la politique et ne pas laisser nos différences déchirer et frustrer le parti.« 

Les jockeys politiques ont déjà commencé à remplacer Buhari à la tête de la nation la plus peuplée d’Afrique, mais la course reste ouverte avec plusieurs poids lourds en lice.Des milliers de délégués et de partisans se sont entassés dans un stade de la capitale Abuja, où l’APC a cherché à mettre fin aux querelles qui, selon M. Buhari, pourraient compromettre son succès lors du scrutin de 2023.

La nomination d’un nouveau président du parti et de délégués était la dernière étape avant les primaires qui se tiendront plus tard cette année pour désigner un candidat à la présidence. Formé à partir d’une alliance de plusieurs partis en 2013, l’APC a réussi à l’emporter en 2015 sur le Parti démocratique populaire (PDP), au pouvoir depuis longtemps, qui luttait à l’époque contre ses propres divisions internes.

Plusieurs candidats à la présidence ont déjà fait connaître leurs ambitions, notamment l’ancien gouverneur de l’État de Lagos et homme fort de l’APC, Bola Tinubu, et le pilier de l’opposition du PDP et ancien vice-président, Atiku Abubakar.

En vertu d’un accord non écrit entre les élites, la présidence du Nigeria devrait être assurée à tour de rôle par un candidat du nord, majoritairement musulman, et du sud, majoritairement chrétien. Après deux mandats avec Muhammadu Buhari, un musulman du nord, de nombreux dirigeants du sud font pression pour que la présidence revienne à un candidat de leur région. (SPM/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.