NIGERIA/ELCTIONS: l’UE met en cause la transparence, plusieurs partis demandent l’annulation du scrutin

0 1 897

LAGOS, 28 FEVRIER (ASPAMNEWS)- La crédibilité sur la transparence des dernières élections au Nigeria est mise en doute. Non seulement la mission d’observation de l’Union européenne a mis en cause le manque de transparence et les échecs opérationnels de l’élection nigériane, mais plusieurs partis politiques ont appelé à l’annulation du scrutin et ont demandé au président de la Commission électorale, Mahmood Yakubu, de démissionner.

Les observateurs européens estiment qu’il y avait confiance dans l’indépendance et le professionnalisme de l’organe électoral lors des préparatifs des élections. Mais la confiance du public a diminué en raison du manque de planification efficace et de communication efficace dans le processus – y compris le jour des élections, ont déclaré les observateurs.

Les Nigérians ont voté samedi lors d’élections générales présidentielles et législatives. Les observateurs ont noté que certains centres de vote ont ouvert tardivement et que les procédures de vote n’ont pas toujours été suivies. Ils ont déclaré que le téléchargement des résultats à l’aide d’un système électronique ne fonctionnait pas, suscitant des inquiétudes car la transmission des formulaires de résultats de l’élection présidentielle avait été retardée.

L’équipe d’observateurs a exhorté les parties prenantes à l’élection à maintenir la paix jusqu’à ce que le processus soit achevé et a appelé à ce que tout différend survenant soit réglé par les voies légales.

Certes, les résultats ne sont pas encore tombés à la suite des élections au Nigéria que les mécontents se font déjà entendre. Mais mardi, lors d’une conférence de presse conjointe à Abuja, le Parti démocratique populaire, le Parti travailliste et le Congrès démocratique africain ont allégué que les élections présidentielles et à l’Assemblée nationale de février 2023 avaient été entachées de violence, de trucage et d’intimidation des électeurs. Les trois partis ont exigé la tenue de nouvelles élections.

«Nous sommes donc contraints par cette évolution de déclarer que l’INEC a compromis l’intégrité de cette élection avant même que la collation ne commence dans les bureaux de vote. L’article 60, paragraphe 5, de la loi électorale stipule que le président de séance doit transférer les résultats, y compris le nombre total d’électeurs accrédités et les résultats des bulletins de vote de la manière prescrite par la commission », explique les partis.

« Le non-respect des dispositions de la loi électorale et des directives rend impératif que tous les résultats récemment téléchargés sur le portail IReV soient mis à jour avant leur annonce. L’INEC est revenue sur cette promesse… Cette élection n’est pas libre et loin d’être juste et transparente », soutiennent-t-ils tout en déclarant que « nous ne ferons pas partie du processus électoral en cours au Centre national de collationnement et nous exigeons que ce simulacre d’élection soit immédiatement annulé ».

« Nous appelons également à la tenue d’une nouvelle élection conformément à la procédure établie par l’INEC. Nous appelons donc Yakubu à se retirer de son rôle », a ajouté le président national du LP, Julius Abure, qui a présenté la position des trois partis d’opposition. « Nous avons la responsabilité envers les millions de Nigérians qui nous font confiance, ainsi qu’à nos candidats à la présidence, de défendre notre pays contre les forces qui cherchent à nous déchirer », a-t-il ajouté.

« Président Buhari, c’est le moment du grand test de votre intégrité, utilisez votre bureau pour sauver le Nigeria de cette mauvaise gestion électorale et sauvez votre héritage. Nous appelons les Nigérians à se joindre à nous pour défendre la démocratie de notre pays ». (PMD/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.