Attaque du Hamas: Israël impose un « siège complet » à la bande de Gaza

0 1 423

JÉRUSALEM, 9 OCTOBRE (ASPAMNEWS)- « Pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz », a précisé le ministre de la défense israélien Yoav Galant. Quelque 2,3 millions de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza, un territoire densément peuplé et éprouvé par la pauvreté, sous blocus israélien depuis 2007. Le bilan de la guerre entre le Hamas et Israël a dépassé les 1 100 morts, lundi 9 octobre. Entre 200 et 250 personnes ont été tués dans une rave party organisée à proximité de la bande de Gaza, samedi 7 octobre 2023 lors de déclenchement d’une attaque inédite du Hamas.

Selon l’agence de presse officielle palestinienne WAFA, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a demandé à son administration de faire le nécessaire pour fournir une aide humanitaire à la population de la bande de Gaza, qui fait face à ce qu’il a qualifié d’« agression ».

Au cours d’un entretien téléphonique avec le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, il a par ailleurs insisté samedi sur « la nécessité de mettre fin à l’escalade israélienne en cours contre le peuple palestinien », tout en jugeant que cette escalade était due aux « pratiques des colons et des forces d’occupation israéliennes », ainsi qu’aux atteintes aux lieux saints islamiques et chrétiens, « en particulier la mosquée Al-Aqsa ».

Le ministre de la défense israélien Yoav Gallant a annoncé lundi 9 octobre l’imposition d’un « siège complet » à la bande de Gaza, au troisième jour de l’offensive déclenchée contre Israël à partir de ce territoire palestinien par le mouvement islamiste Hamas.

« Nous imposons un siège complet à Gaza », a déclaré Yoav Gallant dans une vidéo. « Pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz », a-t-il ajouté. Quelque 2,3 millions de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza, un territoire densément peuplé et éprouvé par la pauvreté, sous blocus israélien depuis 2007.

Elles avaient déjà été entendues dans la Ville sainte samedi au premier jour de l’offensive militaire déclenchée par le Hamas palestinien à partir de la bande de Gaza. Des roquettes avaient alors été interceptées par la défense antiaérienne israélienne. Les sirènes n’avaient pas retenti dimanche.

Plus de 700 Israéliens ont été tués depuis le début de l’attaque et 2 150 ont été blessés, a annoncé l’armée israélienne dans un bilan publié lundi dans la matinée. Dans la bande de Gaza, 413 Palestiniens incluant 78 enfants et 41 femmes ont été tués et 2 300 blessés, ont annoncé dimanche les autorités locales.

Jusqu’à 250 personnes ont été massacrées samedi 7 octobre en Israël dans une rave party près de la frontière avec Gaza, au premier jour de l’offensive lancée par le Hamas à partir de ce territoire palestinien, selon un bénévole ayant participé à la collecte des corps.

« Dans la zone où a eu lieu la rave party, et (pour) la rave party elle-même, mon estimation, fondée sur le nombre de camions, chaque camion transportant 50 corps, et il y avait quatre ou cinq camions, je dirais environ 200-250 corps », a déclaré Moti Bukjin, porte-parole de Zaka, organisation spécialisée dans les premiers secours et la collecte et l’identification des corps conformément à la loi juive.

L’armée israélienne dit lundi avoir le « contrôle total » des localités attaquées dans le Sud. Un peu plus tôt, elle avait annoncé lundi que les combats continuaient avec des combattants infiltrés dans le sud d’Israël autour de Gaza après.

« Nous nous battons toujours, il y a sept ou huit endroits en terrain ouvert autour de (la bande de) Gaza où nous avons encore des guerriers en train de combattre des terroristes », a déclaré le lieutenant-colonel Richard Hecht.

Israël impose un « siège complet » à la bande de Gaza

Le ministre de la défense israélien Yoav Galant a annoncé lundi la mise en place d’un « siège complet » de la bande de Gaza, au troisième jour de l’offensive déclenchée contre Israël à partir de ce territoire palestinien par le mouvement islamiste Hamas. 

« Nous imposons un siège complet à Gaza », a déclaré M. Galant dans une vidéo communiquée par ses services. « Pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz », a-t-il ajouté. Quelque 2,3 millions de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza, un territoire densément peuplé et éprouvé par la pauvreté, sous blocus israélien depuis 2007.

Les Emirats arabes unis « consternés » par la prise d’otage de civils israéliens

Les Emirats arabes unis, qui ont normalisé leurs relations avec Israël en 2020, se sont dits « consternés » par la prise d’otage de civils israéliens après l’offensive lancée samedi contre Israël par le Hamas palestinien. Le pays du Golfe est l’un des trois pays arabes, avec Bahreïn et le Maroc, a avoir établi des liens diplomatiques avec Israël dans le cadre des accords d’Abraham, négociés par le gouvernement du président américain Donald Trump.

« Les attaques du Hamas contre les villes et villages israéliens proches de la bande de Gaza, y compris les tirs de milliers de roquettes sur des centres de population, constituent une escalade sérieuse et grave », a affirmé le ministère des affaires étrangères émirati dans un communiqué publié dimanche soir. Il se dit « consterné par les informations selon lesquelles des civils israéliens ont été enlevés comme otages à leur domicile ». Abou Dhabi a appelé à intensifier les efforts diplomatiques pour « éviter une confrontation régionale plus large » en dénonçant « les tentatives violentes visant à faire dérailler les efforts régionaux en cours en faveur du dialogue ».

L’administration du président américain Joe Biden pousse depuis quelques semaines pour une normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite, chef de file des pays du Golfe. Les Emirats arabes unis avaient adopté, samedi, un ton plus neutre dans leur première réaction à l’offensive lancée par le mouvement islamiste palestinien, en se contentant de dénoncer l’escalade de la violence entre les deux parties.

Sirènes d’alerte à la roquette à Jérusalem, suivies de détonations

Les sirènes d’alerte à la roquette ont retenti lundi à Jérusalem, et ont été suivies rapidement par plusieurs détonations, ont constaté des journalistes de l’Agence France-Presse dans la ville. Les sirènes ont retenti autour de midi (11 heures heure à Paris).

Elles avaient été entendues dans la Ville sainte samedi au premier jour de l’offensive militaire déclenchée par le Hamas palestinien à partir de la bande de Gaza, et des roquettes avaient alors été interceptées par la défense antiaérienne israélienne. Les sirènes n’ont pas retenti dimanche.

Après l’attaque du Hamas, l’Autriche suspend son aide aux Palestiniens

Le gouvernement autrichien a annoncé lundi la suspension de ses programmes d’aide au développement dans les territoires palestiniens, en réaction à l’offensive du mouvement islamiste Hamas en Israël. « Nous allons geler tous les paiements de la coopération au développement pour le moment », portant sur un montant de 19 millions d’euros, a déclaré le ministre des affaires étrangères, Alexander Schallenberg (conservateur), à la radio publique Ö1. « L’ampleur de la terreur est tellement épouvantable. C’est une telle rupture qu’on ne peut reprendre le cours normal comme si rien ne s’était passé », a-t-il ajouté.

L’Autriche va donc « passer au crible et évaluer » tous les projets avec les territoires palestiniens. Les étapes ultérieures seront décidées « en coopération avec l’Union européenne et les partenaires internationaux », selon le chef de la diplomatie autrichienne. Il a également annoncé la convocation au ministère de l’ambassadeur de l’Iran pour protester contre des « réactions abominables ». La République islamique a été l’un des premiers pays à saluer l’attaque surprise et massive du Hamas lancée samedi.

L’Autriche est un pays neutre membre de l’Union européenne qui a longtemps maintenu un dialogue exceptionnel dans le camp occidental avec l’Iran comme avec les pays arabes. Mais elle s’est rapprochée d’Israël depuis quelques années sous l’impulsion de l’ancien chancelier conservateur Sebastian Kurz. Le drapeau israélien a été hissé au cours du week-end par solidarité au fronton de la chancellerie et du ministère des affaires étrangères.

L’armée israélienne dit avoir le « contrôle total » des localités attaquées

L’armée israélienne a le « contrôle total » des localités du sud d’Israël attaquées depuis le déclenchement de l’offensive du groupe palestinien Hamas à partir de Gaza, a déclaré un porte-parole militaire, au troisième jour des combats. « Nous avons le contrôle total des communautés », a déclaré le général Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne, lors d’un point de presse télévisé, ajoutant néanmoins : « Il pourrait y avoir encore des terroristes dans la zone. »

Minute de silence au Conseil des droits de l’homme « pour les victimes innocentes »

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (ONU) a observé une minute de silence lundi en l’honneur « des victimes innocentes » en Israël et à Gaza, à la demande de la représentante des Etats-Unis, a constaté l’Agence France-Presse. 

« En ce moment solennel, je demande respectueusement une minute de silence à cet estimé Conseil et à tous ceux qui sont présents ici aujourd’hui pour honorer et se souvenir des victimes de ces effroyables attaques terroristes (…). Les vies innocentes perdues en Israël et à Gaza, résultant des attaques du Hamas », a déclaré l’ambassadrice Michèle Taylor à l’ouverture de la séance.

L’Iran rejette les accusations sur son rôle dans l’offensive du Hamas

« Les accusations liées au rôle de l’Iran » dans l’offensive du Hamas contre Israël « sont fondées sur des motifs politiques », a déclaré lundi le porte-parole de la diplomatie iranienne, Nasser Kanani, affirmant que Téhéran n’intervenait pas « dans les prises de décisions d’autres nations, y compris la Palestine »« La résistance de la nation palestinienne a la capacité, la force et la volonté nécessaires pour se défendre, défendre sa nation et tenter de récupérer ses droits perdus », a affirmé M. Kanani au cours d’une conférence de presse à Téhéran?

Gérald Darmanin va recevoir les représentants d’institutions juives

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé qu’il recevrait à 15 heures le grand rabbin de France, Haïm Korsia, le président du CRIF, Yonathan Arfi, et le président du consistoire central, Elie Korchia, pour évoquer la situation après l’offensive surprise du Hamas de Gaza contre Israël.

Samedi, le ministre de l’intérieur a demandé aux préfets de France de renforcer la sécurisation des lieux communautaires israélites, avec la présence visible et statique de forces de l’ordre devant les lieux de culte, et le renfort de la police municipale et des militaires de l’opération « Sentinelle ». La communauté juive célèbre plusieurs fêtes depuis le début de la nouvelle année juive, à mi-septembre.

M. Darmanin, qui a tenu dimanche matin une réunion avec l’ensemble de ses services, a répété « qu’il n’y a pas aujourd’hui de menace caractérisée qui toucherait nos compatriotes juifs sur le territoire national ». Il a cependant mentionné plusieurs actes antisémites durant le week-end en France. « Nous avons vu ce week-end une dizaine d’actes antisémites, des tags, des menaces téléphoniques, des personnes qui venaient devant des lieux de culte, par exemple », a-t-il rapporté, précisant qu’il y a eu « beaucoup d’interpellations ». Le ministre a fait état d’ « à peu près 700 signalements sur Pharos », la plate-forme de signalements de contenus violents ou illicites circulant sur Internet. « Ces signalements à Pharos, c’est autant d’enquêtes judiciaires ouvertes », a-t-il ajouté.

M. Darmanin a, par ailleurs, justifié l’interdiction donnée de la tenue d’un rassemblement propalestinien, prévu lundi soir à Lyon. « La manifestation se déroulait dans le quartier déjà difficile de la Guillotière (…) et ceux qui organisaient la manifestation sont très défavorablement connus ». Le CRIF a, de son côté, appelé à un rassemblement lundi à 18 h 30 place d’Israël à Paris.

Que sait-on, à ce stade, de la stratégie militaire du Hamas ?

Au premier jour, le Hamas a revendiqué avoir tiré près de 5 000 roquettes. C’est très difficile à vérifier, évidemment, au-delà de la propagande. Mais en un seul jour, ils auraient tiré l’équivalent de l’ensemble de roquettes tirées lors de l’opération militaire du Hamas en 2014. Ça dit bien la montée en gamme capacitaire du Hamas. Il s’agit de frappes de saturation, qui n’ont pas pour objectif de cibler nécessairement les infrastructures critiques. Ça a été le cas avec notamment des missiles guidés. Mais globalement ce sont ce que les Israéliens appellent des «missiles statistiques» : le but était de saturer la défense antiaérienne au moment où les commandos islamistes du Hamas pénétraient en territoire israélien, pour contourner les fortifications, les barrières physiques imposées par les Israéliens aux frontières. (SPM/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.