CONFLIT ISRAËL/PALESTINE: une guerre d’usure se désssine

0 1 564

JÉRUSALEM, 8 DÉCEMBRE (ASPAMNEWS)-La guerre entre Israël et le Hamas, entrée vendredi dans son 63e jour, a été déclenchée par une attaque sanglante et sans précédent perpétrée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza.

Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque au cours de laquelle environ 240 personnes avaient été enlevées et emmenées dans le petit territoire palestinien, où le Hamas a pris le pouvoir en 2007.

Selon le gouvernement israélien, 138 otages sont toujours retenus à Gaza après la libération fin novembre, dans le cadre d’une trêve de sept jours, de 105 autres, dont 80 en échange de 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël.

En représailles à l’attaque du 7 octobre, Israël a juré d' »anéantir » le Hamas, classé organisation terroriste notamment par les Etats-Unis, l’Union européenne et Israël. Son armée mène des bombardements dévastateurs sur le territoire palestinien assiégé, parallèlement à une vaste opération terrestre lancée le 27 octobre.

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état jeudi de 17.177 morts, à plus de 70% des femmes et enfants et jeunes de moins de 18 ans, dans les bombardements israéliens.

Voici les derniers développements:

Poursuite de l’offensive israélienne

L’armée israélienne poursuit vendredi son offensive dans la bande de Gaza, où elle dit avoir visé en 24 heures plus de 450 cibles, par des frappes terrestres, aériennes et navales.

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état tôt vendredi de 40 morts dans des frappes près de Gaza-ville (nord), et de « dizaines » d’autres à Jabaliya (nord) et Khan Younès (sud).

Vote du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se prononcer vendredi sur un appel à un « cessez-le-feu humanitaire immédiat » dans la bande de Gaza, un vote à l’issue incertaine dans un contexte diplomatique tendu.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a invoqué l’article 99 de la Charte des Nations unies qui permet au secrétaire général d' »attirer l’attention du Conseil » sur un dossier qui « pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationale », une première depuis des décennies.

6 tués en Cisjordanie

Les forces israéliennes ont tué vendredi par balles six Palestiniens dans un camp de réfugiés du nord de la Cisjordanie occupée, territoire palestinien en proie à une intensification des violences depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon l’Autorité palestinienne.

Roquettes contre l’ambassade américaine en Irak

Des salves de roquettes ont été tirées vendredi à l’aube contre l’ambassade américaine dans l’ultra-sécurisée Zone verte de la capitale irakienne Bagdad, sans faire de blessés ou dégâts mais illustrant le risque d’escalade sur fond de guerre entre Israël et le Hamas palestinien. L’attaque n’a pas encore été revendiquée.

Aide humanitaire

69 camions chargés d’aide humanitaire et 61.000 litres de carburant sont entrés jeudi dans la bande de Gaza, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), qui juge ces chiffres très insuffisants.

Reporters tué et blessés Liban: réponse israélienne

Le bombardement qui a tué un journaliste de l’agence Reuters et blessé six autres, le 13 octobre dans le sud du Liban, s’est produit dans « une zone de combat active », a indiqué vendredi l’armée israélienne, précisant que les circonstances étaient « en cours d’examen ».

Rappelons que le samedi 7 octobre, le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, a lancé une attaque d’ampleur contre Israël par les airs, la terre et la mer. Au moins 1 400 Israéliens des localités en bordure de l’enclave palestinienne ont été tuées, près de 250 autres ont été enlevées.

Israël a riposté en bombardant Gaza sans relâche avant d’envoyer ses soldats pour détruire l’organisation islamiste. Cette campagne, couplée à un blocus total de l’enclave, a entraîné une crise humanitaire majeure pour les quelque 2 millions d’habitants de la bande côtière dont plusieurs milliers sont morts sous les bombes israéliennes. Cette guerre a mis fin au processus de normalisation d’Israël avec plusieurs pays du monde arabe et refait surgir la question palestinienne au premier plan. (HFP/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.