La Russie accuse la France d’avoir des «mercenaires» en Ukraine

0 2 621

19 JANVIER (ASPAMNEWS)-Pierre Lévy a été convoqué, jeudi 18 janvier, au ministère russe des Affaires étrangères, au sujet de « mercenaires français » présumés qui auraient été tués mardi dans une frappe russe sur un bâtiment de Kharkiv. « La France n’a pas de ‘mercenaires’, ni en Ukraine, ni ailleurs », a réagi le Quai d’Orsay.

L’affaire prend une tournure diplomatique avérée. L’ambassadeur de France en Russie, Pierre Lévy, a été convoqué, jeudi 18 janvier, au ministère russe des Affaires étrangères, au sujet de « mercenaires français » présumés qui auraient été tués mardi dans une frappe russe sur un bâtiment de Kharkiv, en Ukraine, rapporte l’agence Tass, citant la porte-parole du ministère.

« En lien avec la destruction par les forces armées russes d’un point de déploiement temporaire de combattants étrangers à Kharkiv, parmi lesquels plusieurs dizaines de ressortissants français, l’ambassadeur de France a été convoqué au ministère des Affaires étrangères », a fait savoir la porte-parole Maria Zakharova, citée par Tass.

« Manipulation grossière » ? La Russie a annoncé mercredi avoir mené la veille au soir une « frappe de précision » à Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine (nord-est), sur un bâtiment abritant selon elle des combattants étrangers, au nombre desquels des « mercenaires » français. Elle a fait état d’un bilan d’une soixantaine de morts.

La France a vigoureusement démenti jeudi la présence de « mercenaires » sur le territoire ukrainien, dénonçant une « manipulation grossière » de la part des autorités russes. « La France  n’a pas de ‘mercenaires’, ni en Ukraine, ni ailleurs, contrairement à d’autres.

Il s’agit d’une nouvelle manipulation grossière russe, il ne faut pas lui donner plus d’importance qu’aux précédentes et qu’aux suivantes qui ne manqueront pas d’arriver », a-t-on souligné au Quai d’Orsay. Faut-il donc y voir le narratif du Kremlin visant avant tout la population russe en alimentant la rhétorique d’une forteresse assiégée ? (QHC/2024)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.