SENEGAL-CAMPAGNE ELECTORALE: les candidats entre opérations de charme, présentation de programmes et caravanes

0 2 566

DAKAR, 11 MARS (ASPAMNEWS)-Le top de départ de la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 24 mars prochain, initialement prévu le 25 février dernier, a été officiellement donné hier dimanche 10 mars. Et, plusieurs candidats sur les 19 retenus par le Conseil constitutionnel avaient anticipé en démarrant leur campagne dans l’après-midi de la journée du samedi 9 mars dernier. Les candidats s’activent par des caravanes, des présentations de programmes ou par des opérations de charme pour convaincre les suffragants sénégalais.

Parmi eux, on peut citer entre autres l’ancien maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, leader de la plateforme Taxawu Sénégal et candidat de la coalition « Khalifa président 2024 ». Accompagné des principaux responsables de son mouvement dont l’actuel maire de Dakar, Barthélémy Toye Dias, Khalifa Ababacar Sall a sillonné plusieurs communes de la capitale dont celle de Fass, Colobane, Gueule- Tapée, Médina, Dakar-Plateau à la tête d’une caravane qui a pris départ au rond-point de la Gendarmerie de Colobane près du marché « Santa Yallah ».

Outre l’ancien maire de Dakar, il y’a le leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Dialo par ailleurs candidat de la « MLD Tekki 2024 » qui avait également anticipé sa campagne dans les rues de certaines communes dans le département de Dakar.

A la tête d’un cortège, le candidat Mamadou Lamine Dialo a sillonné les communes de Biscuiterie, Niary Tally, Dieupeul, Grand Yoff, Patte d’Oie et Parcelles assainies. Autre candidat qui s’est lancé prématurément dans cette campagne électorale le samedi 9 mars dernier avant minuit, Aliou Mamadou Dia.

Candidat du Parti de l’unité et du rassemblement, l’ancien fonctionnaire du système des Nations unies a choisi le département de Rufisque pour lancer sa campagne. A la tête d’un cortège de plusieurs véhicules qui roulaient au rythme de la foule qui l’accompagnait, Aliou Mamadou Dia a sillonné certaines grandes artères des communes de Rufisque, Bargny, Sendou, Diamniadio et Sébikotane. Le lendemain, dimanche 10 mars, il a poursuivi sa campagne dans le département de Dakar avec une caravane dans les artères de la commune des Parcelles assainies.

Toujours parmi les candidats qui ont démarré leur campagne le samedi, nous avons également celui de la coalition « Diomaye président ». Alors que leur candidat, Bassirou Diomaye Faye en détention préventive avec son ami et leader dans le parti Pastef, Ousmane Sonko, attend sa libération après promulgation de la loi d’amnistie adoptée le mercredi 6 mars dernier, les responsables de la coalition « Diomaye président » n’ont pas voulu perdre du temps.

Réunis dans un hôtel de la place, ils ont procédé au lancement officiel de leur programme de gouvernance. Cette activité a été suivie d’une caravane dans certaines communes de la capitale. Le lendemain, dimanche 10 mars, les responsables de la coalition « Diomaye président » ont organisé un « méga meeting » de lancement officiel de leur campagne au terrain de l’Acapes des Parcelles assainies en présence d’une foule de partisans. Président de la coalition « DéthiéFALL2024  », l’ancien numéro 2 du parti Rewmi a été également au rendez-vous de cette première journée de campagne électorale anticipée le samedi 9 mars dernier.

A la tête d’un cortège, Déthié Fall a parcouru plusieurs quartiers des Parcelles Assainies avec sa caravane « Askan Wi rek ». Suivi par une foule de partisans, le leader de la coalition « DéthiéFALL2024  » a exprimé ses « profonds remerciements » à la population des Parcelles Assainies pour l’accueil mémorable et populaire qu’elle a gratifié à sa caravane. Le dimanche 10 mars, le candidat de la coalition «  DéthiéFALL2024  » a poursuivi sa campagne dans le département de Mbour par une caravane dans la commune de Nguekhokh.

Pour leur premier temps d’antenne à la télévision nationale, les candidats ont fait des déclarations. Des passages pour donner un avant-goût de leur programme. Le candidat Idrissa Seck, qui a ouvert le bal, a annoncé une stratégie pour s’attaquer à la cherté de la vie, au chômage des jeunes, aux problèmes de sécurité au niveau des frontières.

Le candidat d’«Idy2024» a mis en avant, lors de sa déclaration, son expérience et son parcours. Idrissa Seck a profité de l’occasion pour lancer un appel à la paix à tous les leaders, «parce que le travail qui nous attend est colossal».

Le candidat Thierno Alas­sane Sall, lui, veut régler le problème des institutions, rendre la Justice indépendante, faire du Sénégal la vitrine démocratique de l’Afrique de l’Ouest. Il promet aussi de s’attaquer à la corruption, de faire du Sénégal un pays autosuffisant dans le domaine agricole, un pays in­dustrialisé.
Le leader de la Coalition «Malick Gackou 2024» a fait de la réduction du coût de la vie son cheval de bataille. Pour la première séquence de son temps d’antenne, M. Gackou s’est présenté comme un homme très au fait de la situation des différentes couches de la société à qui il a toujours apporté son soutien.
Daouda Ndiaye, également candidat à cette Présidentielle, a annoncé un programme axé sur 19 propositions, qui seront déclinées durant cette campagne pour le développement du Sénégal.

Le candidat de la majorité, Bby, Amadou Ba, qui se dit confiant, a, quant à lui, promis de faire de la jeunesse sa priorité, «pour lui donner des raisons d’espérer». M. Ba promet également d’augmenter les financements pour les femmes, des logements décents, des soins de santé de qualité, d’améliorer le pouvoir d’achat, de travailler pour instaurer un climat de paix et de concorde.

Le candidat Thierno Alassane Sall, lui, veut régler le problème des institutions, rendre la Justice indépendante, faire du Sénégal la vitrine démocratique de l’Afrique de l’Ouest.Il promet aussi de s’attaquer à la corruption, de faire du Sénégal un pays autosuffisant dans le domaine agricole, un pays industrialisé.

Le leader de la Coalition «Malick Gackou 2024» a fait de la réduction du coût de la vie son cheval de bataille. Pour la première séquence de son temps d’antenne, M. Gackou s’est présenté comme un homme très au fait de la situation des différentes couches de la société à qui il a toujours apporté son soutien.

Daouda Ndiaye, également candidat à cette Présidentielle, a annoncé un programme axé sur 19 propositions, qui seront déclinées durant cette campagne pour le développement du Sénégal.

Le candidat Mamadou Lamine Diallo, lui, veut mettre fin au désespoir des jeunes Sénégalais avec «un agenda de redressement national, qui ouvre les portes de la grandeur du Sénégal». Il s’agira, d’après lui, de «faire du Sénégal l’une des grandes économies du monde». M. Diallo soutient qu’il va apporter des solutions aux problèmes liés à l’éducation, à la santé, au sport

El Hadj Mamadou Diao annonce des réformes qui vont permettre d’améliorer les soins de santé. Le candidat qui veut construire «un Sénégal fort et prospère» mise sur une nouvelle manière de penser et d’agir basée sur la confiance, la transparence, une vision politique moderne.

La seule candidate à cette Présidentielle, Anta Babacar Ngom, opte pour «un nouveau visage pour le Sénégal». Elle veut amener à la retraite les politiciens professionnels et se battre contre la corruption afin de mettre le Sénégal sur le chemin du travail avec des usines, des industries transformatrices.

L’opérateur économique Serigne Mboup, candidat aussi à cette élection, appelle au changement pour rompre avec nos dirigeants qui, selon lui, se sont comportés jusqu’ici comme des rois. Le candidat se fait le devoir de servir et développer son pays.

L’ancien ministre Aly Ngouille Ndiaye veut rendre le Sénégal prospère en mettant les moyens nécessaires dans l’agriculture, l’élevage, développer l’industrie qui va permettre de garantir de l’emploi aux jeunes.

C’est aussi le vœu de Déthié Fall. Le candidat promet d’apporter des solutions aux préoccupations économiques et sociales, au chômage, à la santé, l’éducation

Le candidat du Pur, Aliou Mamadou Dia, souhaite lui réconcilier les Sénégalais à travers un pacte social fort pour le développement du pays. Pour cela, il promet un accès aux services sociaux de base. «C’est notre ambition politique basée sur la vérité, la transparence, la confiance, le retour aux valeurs qui ont fondé notre société, notre République», a-t-il dit.

A l’image des autres candidats, Papa Djibril Fall fait de l’éducation, de la sécurité, de la santé et du chômage des jeunes, ses priorités. M. Fall promet aussi une gestion transparente des ressources et de changer la vie des Sénégalais.

Le candidat Khalifa Ababacar Sall s’est présenté en homme de paix qui veut réconcilier la Nation, faire les réformes nécessaires, les ruptures et travailler pour le développement du Sénégal.

L’ancien Pm Mahammed Boun Abdallah Dionne veut, lui, être «le Président de la réconciliation, de l’unité et de la souveraineté économique appliquée». Concernant les institutions, le candidat s’est engagé à appliquer les conclusions de la Cnri et aussi de faire un mandat unique.

Pour le candidat Boubacar Camara, il est temps d’avoir des gouvernants compétents et vertueux. «Notre pays est mal gouverné. L’endettement est excessif, la corruption gangrène notre pays, l’image du Sénégal est écornée. Mais l’espoir est permis. Sans tâtonnement, je ferai en sorte que les Sénégalais aient l’esprit apaisé», a-t-il déclaré.

Habib Sy, qui a décidé de mener la campagne pour Bassirou Diomaye Faye, soutient qu’il connaît le système et ce qui est à détruire pour construire le projet du parti Pastef.

Quant à Cheikh Tidiane Dièye, il veut mettre fin à l’injustice, à la corruption, et donner les moyens aux jeunes pour le développement du Sénégal. Le tout, souligne-t-il, basé sur un projet axé sur le patriotisme, la souveraineté et la refondation. (MHZ/2024)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.