HAÏTI-CRISE: le pays au bord du chaos, plusieurs gangs tués après une opération d’envergure de la police

0 1 836

PORT-AU-PRINCE, 18 MARS (ASPAMNEWS)- Après que les gangs aient pillées et vandalisées la Faculté d’agronomie et la Faculté des sciences, plusieurs unités de la Police nationale d’Haïti (Pnh) ont mené une nouvelle opération d’envergure dans le fief du chef de gang Jimmy Chérizier, dit « Barbecue », au bas de Delmas (périphérie nord), où plusieurs bandits ont été tués lors d’échanges de tirs avec les policiers, selon nos sources.

Après avoir, la veille (vendredi 15 mars 2024), défait les barrages installés par les bandits sur la voie publique, les agents de la police sont parvenus, au niveau de Delmas 4, 6, 8, 12 et 16, la zone où Chérizier a établir son quartier général, selon les riverains.

Les échanges de tirs sont intenses, selon les mêmes sources, et ils ont obligé les familles vivant dans les quartiers limitrophes à rester chez elles, tandis que les personnes habitant le bloc concerné par les opérations, tentent d’abandonner les lieux.

Cette intervention est la suite d’une précédente, qui a débuté dans l’après-midi du vendredi 15 mars 2024, et qui s’est poursuivie toute la nuit, jusque dans la matinée du samedi 16 mars 2024, environ 24 heures après une attaque des gangs armés contre la Direction générale de la police, près de l’aéroport international de la capitale, Port-au-Prince.

Au niveau de Delmas 6 et 8, les agents de l’ordre ont échangé, le vendredi 15 mars 2024 et au cours de la nuit, des tirs avec les hommes de Jimmy Cherizier, alias « Barbecue » et consorts, informe la police dans un communiqué.

Lors de cette opération policière, plusieurs bandits ont été mortellement blessés, des armes à feu saisies et des axes routiers sont débloqués par les agents de l’ordre, ajoute le communiqué.

« Pour son implication présumée dans des actes de terrorisme et de banditisme, Jimmy Cherizier est recherché depuis plusieurs années par la justice haïtienne », précise l’institution policière.

On ne sait pas si le chef de gang est encore dans le quartier ou s’il s’est échappé.

Le chef de l’agence des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) n’a pas caché ses préoccupations face à la situation et a estimé que la situation chaotique en Haïti ressemblait « presque à une scène de » Mad Max « , qui dépeint une période post-violente et anarchique et un avenir apocalyptique.

« Haïti est une situation horrible », a déclaré la directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, à l’émission « Face the Nation » de CBS. « De très nombreuses personnes souffrent de faim et de malnutrition graves et nous ne parvenons pas à leur fournir suffisamment d’aide », a-t-elle indiqué. Des gangs contrôlent de grandes parties de la capitale Port-au-Prince ainsi que des routes principales menant ailleurs.

La situation est « la pire que l’on ait connue depuis des décennies », a-t-elle déclaré. « C’est presque comme une scène de « Mad Max ». C’est à cela que cela ressemble », a déclaré Russell faisant référence au film de 1979.

Haïti, déjà frappé par la sécheresse, des catastrophes naturelles et un gouvernement faible, a vu « le quasi effondrement des services de base », prévenait un récent rapport des Nations Unies. Cela a laissé des millions de personnes vulnérables dans l’attente de la formation d’un conseil de gouvernement de transition pour prendre le pouvoir après que l’impopulaire Premier ministre Ariel Henry, a annoncé sa démission sous la pression.

Les défis auxquels sont confrontés les travailleurs humanitaires étrangers – dont certains ont été attaqués ou kidnappés contre rançon – ont été soulignés samedi lorsque des gangs ont pillé une cargaison de l’Unicef ​​destinée à venir en aide aux mères et aux enfants en souffrance.

« Aujourd’hui, le conteneur de l’Unicef, contenant des fournitures cruciales pour la santé maternelle, néonatale et infantile, a été pillé au port principal de Port-au-Prince », a publié samedi le compte haïtien de l’agence sur X. « Cet incident s’est produit à un moment critique où les enfants en avaient le plus besoin. »

Alors que la vie devient plus difficile pour les Haïtiens et les étrangers, un porte-parole du Département d’État américain a déclaré dimanche qu’un vol affrété avec plus de 30 citoyens américains à son bord avait atterri en Floride après avoir quitté Cap-Haïtien plus tôt dans la journée.

« Nous continuerons à aider les citoyens américains aussi longtemps que les options commerciales resteront indisponibles et que l’environnement de sécurité nous le permettra », a déclaré le porte-parole. Le personnel non essentiel de l’ambassade américaine a été évacué la semaine dernière.

Haïti est secoué depuis deux semaines par un soulèvement de gangs, alors que des groupes brutaux et bien armés – dont le nombre a augmenté après qu’une attaque contre deux prisons a libéré des milliers de détenus – cherchaient à renverser Henry.

Dimanche, le couvre-feu a été prolongé jusqu’à mercredi dans le département de l’Ouest, qui comprend Port-au-Prince. L’état d’urgence devrait prendre fin le 3 avril. Parallèlement, les efforts se poursuivent pour organiser une mission de sécurité dirigée par le Kenya afin de soutenir les forces de police débordées de l’île des Caraïbes. (SGB/2024)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.