TOGO: La CEDEAO, une déception selon la C14

0 83

(Aspamnews)- La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été la grande déception dans la crise sociopolitique déclenchée le 19 août 2017 au Togo. Malgré la violation, par le régime de Faure Gnassingbé, de la feuille de route élaborée par les chefs d’Etat et de gouvernement de cette institution sous régionale pour une résolution durable et définitive de la crise, la CEDEAO a entériné les élections législatives boycottées massivement par les Togolais.
Aujourd’hui, selon de nombreux observateurs, la crise politique togolaise reste entière. Et elle va rebondir avec des conséquences que personne ne peut pour le moment prévoir. Pour la Coordinatrice de la Coalition des 14 partis de l’opposition, le peuple togolais était prêt à se libérer de la dictature cinquantenaire, mais la CEDEAO l’en a empêché.
« Nous avons tiré leçon de cette nouvelle expérience avec la CEDEAO. Il existe une CEDEAO des dirigeants. Nous irons vers une CEDEAO des peuples », a indiqué Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson.
Pour elle, la nouvelle phase de la lutte nécessite la création d’un vaste mouvement citoyen. « Parler de la nouvelle et de la création d’un mouvement citoyen suppose nécessairement qu’avec les acteurs de ce mouvement, nous réfléchissions pour donner des orientations précises à l’action que nous allons mener avec la mobilisation de toutes les populations », a-t-ajouté.
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, pour commencer, a adressé ses félicitations à tous les acteurs de la phase de la lutte qui vient de s’achever. « Je commencerai par les populations togolaises, les premières concernées par notre lutte. Je voudrais encore une fois féliciter les organisations de la société civile, avec une mention spéciale aux autorités religieuses, par-delà les confessions, catholique, protestant, musulman et même traditionnel. Je voudrais également féliciter particulièrement les Togolais de la diaspora et aussi les personnalités dont l’implication n’était pas visible mais qui ont œuvré pour que nous puissions nous libérer de la dictature cinquantenaire… », a-t-elle lancé.
Elle demande aux Togolais de toujours rester mobilisés et déterminés pour la nouvelle phase de la lutte, surtout la marche du 12 janvier prochain. (ICL/2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.