AstraZeneca : l’Europe pourrait ne pas renouveler son contrat

0 145

16 avril (ASPAMNEWS)- Un recul de l’épidémie en France «dès la semaine prochaine» ? Dans Les Echos, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal fait état d’une «légère amélioration» de l’épidémie de Covid-19 en France. «Nous avons pris des mesures fortes pour freiner l’épidémie et faire baisser la pression sur l’hôpital. Nous observons un début de stabilisation au niveau national et une légère amélioration dans les 16 premiers départements concernés par les mesures, explique-t-il. Entre nos efforts et l’accélération de la vaccination, il y a toutes les raisons d’espérer que cette dynamique se confirme et se traduise par une baisse, peut-être dès la semaine prochaine».

Le Danemark accélère sa réouverture. Des spectateurs dans les stades et des clients au restaurant : grâce à une situation épidémiologique contrôlée, le Danemark va pouvoir accélérer sa réouverture dès le 21 avril. «Le Danemark se trouve dans une situation où nous pouvons ouvrir davantage. C’est à la fois responsable et très positif, mais cela nécessite que nous gardions nos bonnes habitudes, que nous continuions à nous faire tester et à utiliser le coronapas pour accéder à certaines activités», a déclaré le ministre de la Justice, Nick Hækkerup, dans un communiqué.

L’économie chinoise totalement remise du Covid. Croissance record mais reprise inégale : la Chine a vu son produit intérieur brut (PIB) bondir de 18,3 % sur un an au premier trimestre, un chiffre à nuancer alors que l’activité était paralysée l’an dernier par l’épidémie. Il y a un an à la même période, le PIB de la Chine au premier trimestre 2020 s’était effondré de 6,8 % — sa pire performance économique en 44 ans. L’amélioration progressive des conditions sanitaires a permis ensuite à la Chine de retrouver un niveau d’activité pré-pandémie en fin d’année dernière. Et le pays a été l’un des rares au monde à dégager une croissance positive en 2020 (+2,3 %).

La France se met sur le chemin de la réouverture. «Si tout va bien.» Mêlant volontarisme et prudence – depuis un an, nombre de ses prédictions ont été déjouées par l’épidémie – Emmanuel Macron a maintenu jeudi soir son calendrier de réouverture progressive des musées et des terrasses. Il commencera à la mi-mai, avant de poursuivre par étapes, «toutes les trois semaines si tout va bien». Aucune date n’a été donnée précisément pour la réouverture des restaurants, qui interviendrait dans un deuxième temps.

Monaco allège ses restrictions. Le pays a annoncé un assouplissement des restrictions sanitaires dès lundi, décalant le couvre-feu à 21 heures et autorisant une réouverture contrôlée des restaurants le soir mais sans trancher l’épineux dilemme du public au Grand Prix de Formule 1, temps fort de la Principauté. «Monaco prend ses décisions au regard de sa propre situation en toute souveraineté mais également en solidarité réciproque avec la France», a souligné lors d’un point presse le ministre d’Etat Pierre Dartout en détaillant les nouvelles dispositions en vigueur du lundi 19 avril au 2 mai. «Il ne s’agit pas de faire du triomphalisme mais un certain nombre d’évolutions favorables se sont faites», a-t-il ajouté, citant un taux d’incidence du virus retombé à 80 pour 100 000, mercredi.

100 000 morts : les statistiques officielles ne sont pas assez précises. Un système de déclaration papier obsolète, les morts à domicile non comptabilisées, des certificats électroniques qui ne concernent que 30 % des cas… Si le gouvernement affirme que la barre symbolique des 100 000 morts du Covid-19 a été franchie, les défauts des statistiques officielles gênent en temps de pandémie et empêchent d’avoir une vision juste et en temps réel de la situation. Libération fait le point sur ces biais quantitatifs.

«Nous allons augmenter considérablement nos livraisons à l’UE dans les semaines à venir»explique le PDG de Pfizer. Dans une interview accordée aux Echos, Albert Bourla renouvelle sa foi en son vaccin, développé avec BioNTech. L’homme d’affaires grec affirme qu’un «retour à la vie normale» est possible en automne. Il promet, par ailleurs, d’augmenter «considérablement nos livraisons à l’UE dans les semaines à venir». Pour compenser les retards et incertitudes amenées par AstraZeneca et Johnson & Johnson, Pfizer serait même en capacité de produire plus de trois milliards de doses de vaccin en 2022 pour le monde entier.

Un nouveau groupement hospitalier victime d’une cyberattaque. Située dans les Hauts-de-France, la Fondation Hopale a décidé de ne pas ouvrir son centre de vaccination de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) ce weekend. Il n’y aurait pas, à ce stade des connaissances, de «pertes» de données pour les patients ni pour les salariés, a indiqué la direction à l’AFP, soulignant avoir des «systèmes très sécurisés, comme ce sont des données de santé» sensibles.

AstraZeneca : l’Europe pourrait ne pas renouveler son contrat de vaccins. «La décision n’est pas tranchée», indique Agnès Pannier-Runacher ministre française de l’Industrie sur la radio RMC. Mais, après la décision du Danemark, mercredi, d’abandonner ce vaccin, «c’est la plus grande probabilit黫Nous n’avons pas amorcé de discussions avec Johnson & Johnson et avec AstraZeneca pour un nouveau contrat, là ou nous avons d’ores et déjà amorcé des discussions avec Pfizer /BioNTech et Moderna», a-t-elle souligné.

La Polynésie française rouvre ses frontières aux Américains. Ce sera effectif à partir du 1er mai mais la collectivité d’outre-mer ne recevra pas de touristes français, tandis que la Martinique va se reconfiner et que la Guyane renforce son couvre-feu. «Nous avons fait le choix de n’ouvrir à ce stade qu’aux voyageurs en provenance des Etats-Unis et y ayant séjourné plus d’un mois, principalement car la vaccination est désormais ouverte à tous et 3 millions de doses sont administrées chaque jour aux Etats-Unis», a déclaré jeudi le haut-commissaire de Polynésie Dominique Sorain. Il a jugé au contraire la situation «très dégradée» en Europe.

«Nous devons tenir», déclare Jean Castex, en déplacement en Normandie, au CHU de Rouen. «Cette troisième vague est loin d’être terminée même si – sur ce qu’on appelle l’incidence – on constate, en Normandie comme ailleurs, un certain nombre d’évolutions favorables», explique le Premier Ministre avant d’ajouter : «Mais on sait bien qu’il y a toujours un décalage avec la situation hospitalière et donc vraiment nous devons tenir.»

Pour les étrangers en France, la surmortalité deux fois plus élevée. Les ressortissants africains ont accusé une très forte hausse des décès, pendant la première vague de la pandémie, soulignent les statistiques de l’Insee publiées vendredi. «Pendant la première vague de la pandémie, la hausse des décès des personnes nées à l’étranger a ainsi été 2,1 fois plus forte en moyenne que celle des personnes nées en France», avec une augmentation des décès de 17 % par rapport à 2019 chez les ressortissants étrangers, écrit l’Insee. (SMP/2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.