MALI: 16 soldats tués dans une attaque

0 169

08 OCTOBRE (ASPAMNEWS)- Seize soldats ont été tués et 10 blessés lors d’une attaque dans le centre du Mali mercredi, ont annoncé des responsables de la sécurité et de la santé de l’État du Sahel déchiré par la guerre.

Dans un communiqué, l’armée malienne a déclaré que les troupes avaient été la cible d’une « attaque complexe à l’EEI » – faisant référence à un engin explosif improvisé – puis avaient essuyé des tirs nourris peu avant 11h30.

L’armée a imputé l’attaque à des djihadistes présumés et a déclaré qu’après la poursuite, 15 des assaillants avaient été tués et 20 motos saisies.

Selon l’armée, le bilan provisoire de son côté était de neuf soldats tués et 11 blessés. Il a également déclaré que trois de ses véhicules avaient été détruits.

Cependant, un responsable de la santé travaillant dans le centre du Mali a déclaré que le nombre de morts était passé à 16, avec les corps à la morgue locale.

Une source de sécurité, qui a requis l’anonymat, a également confirmé le bilan plus élevé.

Le Mali lutte pour contenir une insurrection islamiste qui a éclaté pour la première fois dans le nord en 2012 et a depuis fait des milliers de morts parmi les militaires et les civils.

Malgré la présence de milliers de soldats français et onusiens, le conflit a englouti le centre du Mali et s’est étendu au Burkina Faso et au Niger voisins.

Le centre du Mali est devenu l’un des points chauds les plus violents du conflit à l’échelle du Sahel, où les meurtres ethniques et les attaques contre les forces gouvernementales sont fréquents.

La pose de bombes en bordure de route – ou engins piégés – est une tactique courante des groupes djihadistes dans la région.

Quatre soldats maliens ont été tués par l’explosion d’un engin piégé dans la région le 20 septembre. Une embuscade djihadiste a également tué cinq soldats dans le centre du Mali le 12 septembre.

Ces deux attaques ont été revendiquées par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) aligné sur al-Qaïda.

Le GSIM a également déclaré qu’il était responsable d’une attaque contre un convoi minier dans l’ouest du Mali le 28 septembre, qui a tué cinq gendarmes. (SPM/2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.