Joe Biden et Xi Jinping, un sommet virtuel sans avancée réelle

0 149

16 NOVEMBRE (ASPAMNEWS)- Taïwan, droits de l’Homme, guerre commerciale… Le président américain et son homologue chinois ont tenu dans la nuit de lundi à mardi par écrans interposés des discussions visant à apaiser les tensions, et définir les conditions de la concurrence entre leurs deux pays. 

Il s’agit de la discussion la plus importante entre Joe Biden et Xi Jinping jusqu’à présent. Les présidents américain et chinois ont tenu dans la nuit de lundi 15 à mardi 16 novembre des discussions par écrans interposés. Les deux pays cherchaient à apaiser certaines tensions.

Les deux chefs d’État ont insisté sur la responsabilité qu’ils ont envers le reste du monde d’éviter les conflits, dans cette conversation que l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a décrit comme ayant été « franc, constructif, substantiel et fructueux ».

« Je devrais peut-être commencer de façon plus formelle, bien que vous et moi n’ayons jamais été aussi formels l’un envers l’autre », a commencé Joe Biden lors de leur sommet virtuel, leur discussion la plus importante depuis que Joe Biden a accédé à la présidence des États-Unis en janvier 2021.

Alors qu’il avait prévenu vouloir une conversation franche sur les questions des droits de l’Homme, Joe Biden a exprimé ses « préoccupations » à propos des droits humains en Chine. Le président américain a exprimé ses « préoccupations à propos des pratiques [de la Chine vis-à-vis des Ouïghours] au Xinjiang, au Tibet et à Hong Kong, et des droits humains en général », selon un communiqué de la Maison Blanche publié après la fin du sommet.

Le président a également lancé une mise en garde concernant Taïwan, indiquant que les États-Unis restaient fidèles à la politique de la « Chine unique », et « s’opposent fermement » à toute tentative « unilatérale de changer le statu quo ou de porter atteinte à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taïwan », selon le texte publié à l’issue de la rencontre, qui a duré plusieurs heures.

De son côté, Xi Jinping a prévenu Joe Biden qu’œuvrer à l’indépendance de Taïwan revenait à « jouer avec le feu ». « Les autorités taïwanaises ont tenté à plusieurs reprises de s’appuyer sur les États-Unis pour l’indépendance et certains aux États-Unis tentent d’utiliser Taïwan pour contrôler la Chine », a fait remarquer l’homme de fort de Pékin. « C’est une tendance très dangereuse qui revient à jouer avec le feu », a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par le ministère chinois des Affaires étrangères.

Le président chinois a également insisté sur le fait que la Chine devrait prendre des « mesures décisives » si les forces « pro-indépendance de Taïwan » franchissaient une « ligne rouge », ont rapporté les médias officiels chinois.

La conversation entre les deux leaders, qui a débuté à 00h45 GMT mardi a duré jusqu’à 4h24 GMT, ont rapporté les médias officiels chinois.

Des déclarations tranchantes versus l’amabilité du début de la rencontre

Xi Jinping s’est dit heureux de voir Joe Biden qu’il a qualifié de « vieil ami », et a estimé que les deux pays devaient renforcer leur communication et leur coopération afin de résoudre les défis auxquels ils sont confrontés. « Je suis prêt à travailler avec vous », a poursuivi le président chinois. 

Car Joe Biden a critiqué les pratiques commerciales et économiques jugées « déloyales » de la Chine.

Les déclarations de chaque pays ont tranché quelque peu avec l’amabilité affichée au début de la rencontre.

Les deux hommes s’étaient salués de la main, par écrans interposés, selon les images tournées de part et d’autre.

Joe Biden avait estimé dans ses déclarations préliminaires que « la compétition entre les deux pays ne devait pas se transformer en un conflit, qu’il soit intentionnel ou non ».

« Nous nous le sommes déjà dit, tous les pays doivent suivre les mêmes règles », a affirmé Joe Biden avant d’ajouter que la relation sino-américaine « [lui] semble avoir un impact profond non seulement dans nos pays, mais aussi dans le reste du monde ».

Attentes tempérées

Mais à Washington comme à Pékin, on avait tenu à tempérer les attentes sur cette discussion.

Si après l’arrivée au pouvoir de Joe Biden, le ton a changé par rapport aux emportements de l’ère Trump, la relation entre Washington et Pékin reste extrêmement tendue.

Cette rencontre virtuelle s’est tenue au moment où Xi Jinping ne cesse de renforcer son emprise sur le régime.

Le Parti communiste chinois a adopté la semaine dernière un texte appelant « le Parti, l’armée et le peuple tout entiers à s’unir plus étroitement autour du Comité central dont Xi Jinping forme le cœur ».

Le président américain, confronté à un paysage politique extrêmement divisé, et à une pandémie qu’il peine à éradiquer, a mentionné la Chine lundi en promulguant un gigantesque plan d’infrastructures, censé permettre à l’Amérique de « gagner la compétition » du XXIe siècle.

À la fin de son discours, le président américain a répété l’une de ses phrases favorites : « Ce n’est jamais, jamais une bonne idée de parier contre le peuple américain. » (SPM/2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.