Israël menace le Liban de bombardements « massifs et dévastateurs si jamais une guerre éclatait »

0 190

TEL AVIV, 13 JUIN (ASPAMNEWS)-« La force de l’attaque sera sans précédent », met en garde l’État hébreu, alors que l’émissaire américain chargé des négociations entre les deux pays est attendu aujourd’hui à Beyrouth.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kochavi a menacé dimanche de bombardements « massifs et dévastateurs si jamais une guerre éclatait » avec le Liban, alors que le litige frontalier maritime entre les deux pays a été ravivé avec l’arrivée dimanche dernier d’une unité flottante d’exploitation gazière au large de l’État hébreu.

Cette plateforme doit extraire le gaz du champ de Karish qui se trouverait en zone disputée entre les deux pays, si le Liban officialise les revendications maximalistes d’experts. Ces propos sont intervenus la veille de l’arrivée de l’émissaire américain Amos Hochstein, qui parraine les négociations indirectes avec l’État hébreu, à Beyrouth.

« Nous avons identifié des milliers d’objectifs qui seront détruits au niveau du système de roquettes et de missiles que possède l’ennemi », a mis en garde dimanche le haut commandant israélien dans une référence au Hezbollah, la seule faction libanaise à avoir conservé ses armes après la fin de la guerre civile (1975-1990).

Il a également assuré que son pays mènera des bombardements « massifs et dévastateurs si jamais une guerre éclatait », selon des propos rapportés par le porte-parole arabophone de l’armée israélienne Avichay Adraee sur Twitter. 

Le Hezbollah avait en effet assuré être « prêt à passer à l’acte si l’État libanais confirme une violation israélienne » au niveau du tracé de la frontière maritime. Il avait également assuré que la résistance pouvait « empêcher l’ennemi d’extraire le pétrole et le gaz du champ de Karish », un gisement de gaz qui selon Israël fait partie de sa zone économique exclusive, mais qui selon le Liban pourrait se trouver dans des eaux contestées.

Attaque sans précédent
« Une maison dans laquelle se trouve un missile ou située près d’un missile, un activiste manipulant un missile, un siège de commandement s’occupant de missiles (…) : tout ce réseau sera attaqué le jour où la guerre commencera », a prévenu le chef de l’armée israélienne. « Un lanceur de missiles se trouvant à l’intérieur d’une maison est considéré comme une cible militaire, un dépôt de missiles à l’intérieur d’une maison est considéré comme une cible militaire, un dépôt de missiles au sous-sol d’un bâtiment est considéré comme une cible militaire, un quartier général de commandement à l’intérieur d’un bâtiment à plusieurs étages est considéré comme une cible militaire, et les cibles à double usage qui servent à combattre sont considérées comme des objectifs militaires », a-t-il ajouté.

« Nous mènerons de grandes frappes durant la guerre mais nous avertirons les civils et leur permettrons de quitter les lieux », a-t-il ajouté. « Je vous conseille de quitter non seulement au début de la guerre mais dès le début des tensions et avant que la première balle ne soit tirée. Je vous conseille de quitter ces régions parce que la force de l’attaque sera sans précédent », a-t-il poursuivi, en s’adressant aux civils libanais. 

Israël a menacé le Liban de dommages massifs et de pertes humaines à plusieurs reprises depuis la fin des hostilités avec le Hezbollah en 2006. L’armée israélienne est fréquemment accusée par des organisations de défense des droits de l’homme de viser sans discernement des civils et des infrastructures civiles dans ses campagnes de bombardement dans la bande de Gaza. Une action que l’État hébreu justifie en disant que les bâtiments visés ont une double fonction militaire et civile. (SPM/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.