CAMEROUN: l’après Biya se met en place, les réseaux et clans s’affrontent

0 1 317

YAOUNDE, 28 OCTOBRE (ASPAMNEWS)-La prochaine élection présidentielle au pays berceau de nos ancêtres (Cameroun) est pour octobre 2025 sauf changement particulier. Difficile pour le moment de savoir si Paul Biya, le président de la République du Cameroun sera candidat pour le compte du Rdpc, parti actuellement au pouvoir.

L’homme du 06 novembre avait d’ailleurs dit en septembre dernier lors de la visite d’Emmanuel Macron au 237 (Cameroun) qu’il faut attendre 2025 pour savoir s’il sera candidat ou s’il rentre se reposer dans son village. Ce qui est certain, c’est que l’après Paul Biya se prépare activement au sein du sérail camerounais. Surfant sur cette actualité Didier Yimkoua évoque la thèse de certains faussaires qui s’activent sur le terrain.

Ahidjoistes et Uhmistes se signalent, portés malheureusement par quelques intellectuels faussaires

« Post Paul Biya se dessine. Les nouvelles solidarités se mettent laborieusement en place. Les réseaux et clans s’affrontent.  Le trésor de « guerre » est nécessaire pour le mercato et les compromissions. Ahidjoistes et Uhmistes se signalent, portés malheureusement par quelques intellectuels faussaires », commente l’homme politique.

Pour lui, il est certain et même garantie que la prophétie du triangle équilatéral se réalisera et impactera la répartition géographique de la nouvelle carte politique. « Le rapport de forces en présence va se jouer entre 3 grands partis politiques. Le grand Nord, le grand Sud et le grand Ouest. 2025 est l’horizon STOP (dixit l’artiste) des centaines de PP qui devraient s’adapter ou disparaître de la scène ».

Seul un grand leader pourrait sauver l’âme immortelle du peuple camerounais

« L’UPC dont la renaissance aurait fait d’elle la principale locomotive des forces alternatives, risque se déchirer davantage à l’autel des intérêts égoïstes. Seul un grand leader pourrait sauver l’âme immortelle du peuple camerounais, sinon, cette fois on va l’enterrer définitivement », ajoute Didier Yimkoua du Mouvement Écologie en Marche, demain c’est aujourd’hui. (ACC/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.