UKRAINE: Moscou frappé par des drones, Poutine perd le sommeil

0 3 431

KIEV, 31 MAI (ASPAMNEWS)- Jusqu’ici c’est l’artillerie russe qui martyrisait les infrastructures et les civils ukrainiens, régulièrement. 15 attaques aériennes sur la capitale, Kiev, depuis début mai c’est pas peu. La roue a tourné, les forces ukrainiennes sont maintenant suffisamment armées pour balancer massivement des drones sur  la capitale ennemie, Moscou. C’est ce qui s’est produit ce mardi 30 mai, très tôt dans la matinée…

Coup pour coup

 Kiev commence à rendre au camp d’en face la monnaie de sa pièce. Les drones ukrainiens ont surtout touché des bâtiments mais sans faire de dégâts humains, d’après le maire de Moscou, Sergueï Sobianine. «Ce matin, à l’aube, une attaque de drones a causé des dégâts mineurs à plusieurs bâtiments. Tous les services d’urgence de la ville sont sur place […] Personne n’a été sérieusement blessé jusqu’à présent», a-t-il indiqué sur Telegram.

«Ce matin, le régime de Kiev a mené une attaque terroriste avec des drones contre des sites à Moscou. Huit drones ont été impliqués dans l’attaque», a réagi le ministère russe de la Défense dans un communiqué, en ajoutant que tous les projectiles ont été détruits…

Quand c’est l’Ukraine qui contre-attaque Moscou le qualifie volontiers de terrorisme mais quand c’est l’armée russe qui s’en prend aux populations civiles et aux équipements publics c’est considéré comme un acte tout à fait légitime par le Kremlin. Ce qu’on retient c’est que Moscou et ses alentours, nichés à plus de 1000 kilomètres, étaient relativement épargnés par les attaques de drones depuis le début de l’invasion russe. C’est terminé.

A noter que l’attaque ukrainienne survient après le déluge de drones russes dans la nuit du samedi au dimanche 28 mai. L’artillerie russe a remis ça hier lundi, mais cette fois avec des missiles et en pleine journée, ce qui a jeté l’effroi au sein de la population. Avec cette première attaque ukrainienne sur Moscou il faut s’attendre à ce que les troupes de Volodymyr Zelensky soient moins frileux les fois prochaines.

Le pire est à venir…

Il y a surtout ce que cette réplique ukrainienne nous dit sur l’état d’esprit à Kiev et sur les contre-attaques qui se préparent. Jusqu’ici les alliés liaient les mains de Zelensky pour qu’il ne frappe pas directement le sol russe, surtout la capitale. Les partenaires occidentaux voulaient éviter une escalade surtout nucléaire, qui les obligerait à s’engager militairement, en tout cas beaucoup plus que ce qu’ils font actuellement.

Quand le président ukrainien s’est rendu à Washington en décembre 2022 il a tenté de négocier les fameux missiles ATACMS, capables de frapper jusqu’à 320 km, largement de quoi toucher les bases-arrières de l’armée russe. Le président américain Joe Biden avait refusé. Idem pour les avions F-16, qui feraient basculer le conflit dans une autre dimension. La Maison Blanche consent à livrer le système anti-missiles Patriot et le lance-missiles HIMARS, d’une redoutable efficacité, mais on reste dans un rayon d’action de 80 kilomètres.

La donne a changé dernièrement Kiev pourra compter sur les missiles britanniques Storm Shadow, d’une portée de 250 kilomètres et Biden a levé son veto sur les chasseurs F-16, qui serviront à transporter et tirer les missiles britanniques. Les pilotes ukrainiens sont actuellement en formation dans la perspective de la livraison des avions de combat. Et il n’est pas impossible que les USA passent à la vitesse supérieure dans l’aide militaire à mesure que Kiev accroît la maîtrise technique de ses soldats et accumule les succès militaires sur le terrain. (TNS/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.