GABON/PRÉSIDENTIELLE: le pays dans l’impasse et coupé du monde, signal des médias coupé

0 1 822

LIBREVILLE, 28 AOÛT (ASPAMNEWS)-Le samedi 26 août 2023, moins d’un million de Gabonais étaient aux urnes pour les élections générales. Au lendemain de cette journée de vote marquée par des incidents et irrégularités dénoncées par les observateurs de l’opposition.

Les électeurs du Gabon, se rendaient aux urnes ce samedi, pour participer aux élections présidentielle, législatives et locales. Quelque 850 000 électeurs sont appelés à se prononcer lors de ce scrutin où treize candidats sont en lice pour le fauteuil présidentiel, dont le président sortant Ali Bongo Ondimba qui brigue un troisième mandat.

«  En vue d’éviter la propagation d’appels à la violence […] et des fausses informations, le gouvernement a pris la décision de suspendre jusqu’à nouvel ordre l’accès à l’internet sur toute l’étendue du territoire. Un couvre-feu sur l’ensemble du territoire est décrété et sera appliqué dès ce dimanche 27 août. Il sera de vigueur tous les jours, à partir de 19h00, jusqu’à 06h00 », a déclaré le ministre de la Communication, Rodrigue Mboumba Bissawou.

Le ministre gabonais de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, avait annoncé le 24 août 2023 la fermeture des frontières terrestres et maritimes du vendredi 25 août à minuit au samedi 26 à minuit, date des élections générales, rapporte la même source.

Le ministre avait en ce sens déploré l’apparition d’un «  climat délétère » dans le pays pouvant y « impacter la stabilité et la paix » et dénoncé des déclarations qu’il estime « porteuses d’une rare violence psychologique », « des actes d’incivisme » ou encore « des barricades  » dans diverses localités. Cette décision avait été critiquée par une partie de l’opposition qui dit vouloir simplement une alternance sans violence.

Le vote retardé

Les habitants se sont plaints que le vote, qui devait commencer à 7 heures du matin, ait été retardé et n’ait commencé qu’en fin de matinée. Des dizaines de personnes attendaient devant les bureaux de vote du centre de Libreville, dont les rues étaient étonnamment presque désertes, selon plusieurs témoins.

Les élections, pour lesquelles environ 847 000 personnes sont autorisées à voter, se sont déroulées sans aucun observateur international, africain ou européen, et en l’absence des médias étrangers, qui se sont vu refuser l’accréditation ou l’entrée dans le pays, comme l’a dénoncé Reporter sans Frontières (RSF).

M. Bongo a effectué deux mandats de sept ans et cherche à prolonger la dynastie politique de sa famille, vieille de 55 ans, par un troisième mandat. M. Bongo, alors ministre de la défense, est arrivé au pouvoir en 2009 après la mort de son père, Omar Bongo , qui a dirigé le pays pendant 41 ans.

M. Ossa affirme que son objectif est de sortir le Gabon du statu quo. Il affirme que s’il est élu, il dissoudra d’abord l’assemblée nationale, redessinera la carte électorale et organisera de nouvelles élections législatives, afin de former un gouvernement qui s’engagera à lutter contre les inégalités économiques.

Tous les scrutins organisés au Gabon depuis le retour du pays au multipartisme en 1990 se sont soldés par des violences. Les affrontements entre les forces gouvernementales et les manifestants à la suite des élections de 2016 ont fait quatre morts, selon les chiffres officiels.*

Le politicien de l’opposition Jean Ping a blâmé la manipulation des élections pour sa défaite à l’époque – par moins de 2% des voix – et a déclaré que le nombre réel de morts était beaucoup plus élevé. La semaine dernière, à l’occasion de la fête de l’indépendance du Gabon, M. Bongo s’est engagé à rendre le scrutin aussi sûr que possible.

Internet coupé

Le gouvernement a coupé internet samedi soir et instauré un couvre-feu au Gabon en invoquant des risques de violences, peu avant la fin de la présidentielle opposant le sortant Ali Bongo Ondimba à son principal opposant, Albert Ondo Ossa , qui venait de dénoncer des « fraudes » et d’exiger d’être proclamé vainqueur à l’issue du scrutin.

M. Ondo Ossa, très vindicatif immédiatement après avoir voté, avait également demandé, filmé en direct sur les réseaux sociaux, au président Bongo, au pouvoir depuis 14 ans, de « partir », se portant « garant » de sa sécurité.

Deux heures à peine plus tard, l’internet a été coupé et le ministre de la Communication, R odrigue Mboumba Bissawou , a annoncé à l’antenne de la télévision d’Etat que le gouvernement instaurait un cessez-le-feu nocturne de 19h à 6h à compter de dimanche et l’obligation de demander une autorisation trois jours avant d’organiser toute réunion ou manifestation. Il a également confirmé la « suspension » immédiate d’internet « jusqu’à nouvel ordre et sur toute l’étendue du territoire ».

Invoquant pour ce faire, au nom de l’ « intérêt supérieur de la Nation », la nécessité de parer aux « appels à la violence » et aux « fausses informations » dans les réseaux sociaux, et de « prévenir tout débordement et assurer la sécurité » des populations.

La télévision publique a ensuite annoncé que la fermeture de certains bureaux de vote avait été repoussée de plusieurs heures, nombre d’entre eux n’ayant ouvert que très tardivement en raison notamment de l’absence de matériel de vote. Médias français suspendus

Les médias français interdit de diffusion

Dans la soirée, la chaîne de télévision publique citant le Haute Autorité de la Communication (HAC), a en outre annoncé « l’interdiction provisoire de diffusion au Gabon des médias France 24, RFI et TV5 Monde » auxquels il est  » reproché un manque d’objectivité et d’équilibre dans le traitement de l’information en lien avec les élections générales en cours ».

En sortant du bureau où il votait et qui venait d’ouvrir avec huit heures de retard faute de matériel de vote, M. Ondo Ossa a fustigé « des fraudes orchestrées par Ali Bongo et ses partisans ». « A la fin de la journée, Albert Ondo Ossa doit être déclaré vainqueur », a-t-il tonné.Prenant à témoin la « communauté internationale », il a lancé : « Le moment est venu pour Ali Bongo de partir, il n’y aura aucune négociation ». « Je n’ai pas peur de lui », a-t-il ajouté.

Rappelons qu’Ali Bongo avait en face, 6 grands candidats réunis au sein d’Alternance 2023 avait décidé de porter Albert Ondo Ossa comme candidat unique de l’opposition. Un choix adoubé par les populations au cours de ce scrutin à un tour selon les premiers résultats issus des urnes. Un adversaire qui a donné du fil à retorde à Ali Bongo et son gouvernement d’où la décision de suspendre internet et les libertés publiques. (SPM/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.