TOGO/SOCIÉTÉ: SOSVOL et ses partenaires debout contre le trouble du language

0 146

Dans le cadre de la promotion du métier d’orthophoniste au Togo et de la vulgarisation de son projet Orthogophonie , Savoir Oser la Solidarité  pour le Volontariat au Togo (SOSVOL-Togo) et ses partenaires ont animé hier une conférence de presse dans un hôtel de la place.
Cette rencontre tenue à Lomé a pour l’objectif est de sensibiliser les enseignants du primaire et la population togolaise sur les troubles du langage et des apprentissages chez les enfants, l’association.
En outre, la rencontre à été l’occasion de présenter à la presse nationale le projet en question, ainsi que les activités inscrites dans son exécution en 2018, programme qui démarre avec la conférence de presse.
L’Orthophonie est cette profession paramédical qui s’occupe de la prévention, du dépistage et de la prise en charge des troubles du langage ( écrit, oral..) et de la communication. Ces pathologies, d’après les chiffres touchent plus de garçons que de filles, soit 15% contre 10% ; et 10 à 30 % de la population sur le plan mondial,  serait atteins de troubles orthophoniques.
Pourtant, les troubles orthophoniques sont très peu connus en Afrique francophone et Togo où ils sont à la base d’handicaps spécifiques du langage et des apprentissages, encore appelés troubles « dys ».
Les conséquences sont assez graves, surtout chez les enfants en milieu scolaire avec des retards dans l’acquisition du langage ou des incidences négatives sur leurs résultats académiques. Des conséquences qui peuvent être évitées si l’on si prend tôt en adressant les enfants atteints des troubles à la bonne personne, l’orthophoniste.
L’association, Savoir Oser la Solidarité  pour le Volontariat au Togo (SOSVOL-Togo), intervenant dans la Solidarité internationale, et le développement communautaire, le soutien scolaire aux enfants ;  et ses partenaires, en l’occurrence l’association des Etudiants Lillois pour la Solidarité  et la Communication Ici et Ailleurs (ELSCIA-France) et l’Association des Etudiants en Orthophonie du Togo (AEO-Togo), agissent depuis trois ans sur le terrain pour détecter les enfants en question et les diriger vers les centres de prise en charge afin que ces troubles soient corrigés.
Plusieurs actions seront menées dans certains écoles privées, ciblées à  Adidogomé dans la capitale et dans la préfecture du Zio, notamment dans le village de Wonougba où l’association SOSVOL a déjà  entièrement rénové le dispensaire de la localité.
Des activités habituelles de sensibilisation des enseignants seront ainsi réalisées dans lesdits établissements pour leur permettre de détecter les élèves atteints et un suivi des enfants déjà accompagnés dans le cadre du projet, effectué.
Des émissions radiophoniques et une émission télévisée sur la chaîne nationale seront animées pour toucher un large public, a précisé KUEDJIN Amévi Léon, coordonnateur de SOSVOL-Togo, en présence des étudiantes en Orthophonie de l’ELSCIA et des responsables des autres associations partenaires.
Un des partenaires, la Fédération des Organisations d’Orthophonistes d’Afrique Francophone  (FOAF) annonce aussi un congrès en Août prochain à Lomé, au cours de laquelle des réflexions seront faites sur les enjeux et de défis de cette jeune profession. (AYE/2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.