TOGO/ELECTIONS: Oui aux réformes avant toute élection, selon la C14

0 111

 Le délégué national de l’Union des Démocrates Socialistes (UDS-Togo), Antoine Folly, membre de la coalition des 14 partis de l’opposition, au cours d’un entretien a fait savoir que les réformes doivent être faites avant toute élection.
« Nous avons pris acte des recommandations de la CEDEAO et on les apprécie par rapport au contenu des propositions que nous avons nous-mêmes transmises à la facilitation. Nous considérons que le sommet du 31 juillet dernier est une étape. La feuille de route de la CEDEAO ne prend pas en compte toutes nos préoccupations mais elle fixe des orientations », a laissé entendre Antoine Folly pour qui, les « orientations » de la CEDEAO sont des « acquis pour la coalition ».
Ce qui est important aujourd’hui, a-t-il insisté, est que la feuille de route a cru bon de préciser que le dialogue devrait se poursuivre entre les deux protagonistes de la crise au Togo. « Jusqu’à présent, nous n’avons pas abordé concrètement le fond du plan de sortie de crise. Nous allons  avoir l’occasion de discuter de ces questions pour parvenir à des solutions consensuelles qui permettraient au pays de sortir de la crise », a-t-il poursuivi.
M. Antoine Folly est d’accord sur la date retenue par les Chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO pour la tenue des élections législatives au Togo, notamment le 20 décembre 2018. L’opposition participera à ces élections mais à une seule condition, a-t-il fait savoir.
C’est celle de voir les réformes être opérées avant cette date. « Tout le monde est d’accord de la décision de la CEDEOA, qui dit clairement que les réformes soient faites avant la tenue des élections le 20 décembre 2018 », a-t-il ajouté exigeant au passage, une recomposition en profondeur de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) avant l’organisation de ces élections. (AFL/2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.