TOGO: Jean-Pierre Fabre a expliqué les raisons qui sous-tendent la participation de l’ANC à la CNAP

0 187

02 AOÛT (ASPAMNEWS)- En conférence de presse ce lundi matin à Lomé, les responsables de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) ont exposé leurs préoccupations formulées lors de la Concertation nationale entre acteurs politiques (CNAP) initiée par le régime. Et,

Selon Eric Dupuy, en répondant à cette initiative du gouvernement, l’ANC a parfaitement conscience que ces discussions n’aboutiront à rien, puisque le régime n’a aucune volonté d’opérer les réformes devant aboutir à une alternance politique au Togo.

« En acceptant l’invitation à prendre part à la CNAP, l’ANC avait parfaitement conscience de manque de volonté du pouvoir en place de faire les réformes politiques auxquelles aspirent les populations togolaises », a indiqué le Secrétaire chargé à la Communication de l’ANC.

En acceptant de prendre part aux travaux de la Concertation nationale des acteurs politiques (CNAP), l’Alliance nationale pour le changement (ANC) savait pertinemment ce dans quoi elle mettait les pieds. C’est ce que Jean-Pierre Fabre et les siens ont déclaré lundi à la presse. En attendant de voir le contenu des propositions de réformes sorties de ce cadre de discussion, l’ANC sert aux populations les sujets qu’elle a mis sur la table. Histoire de prendre l’opinion à témoin au moment venu.

Les responsables de ce parti politique disent savoir que le pouvoir de Faure Gnassingbé n’est animé d’aucune volonté quand il s’agit des réformes auxquelles aspirent les populations togolaises.

« En acceptant l’invitation à prendre part à la CNAP, l’ANC avait parfaitement conscience de manque de volonté du pouvoir en place, uniquement préoccupé par son maintien, de faire les réformes politiques auxquelles aspirent les populations togolaises. Le régime recherche par tous les moyens à conserver sa mainmise sur toutes les institutions du pays, surtout celles qui interviennent dans les processus électoraux», déclare Eric Dupuy.  

Selon le conseiller en communication de ce parti, la CNAP était une fois encore l’occasion pour l’ANC de faire inscrire à l’ordre du jour de cette rencontre, ses préoccupations relatives à l’assainissement du cadre électoral.

Il s’agit entre autres d’un redécoupage électoral équitable pour les élections législatives, d’un recensement électoral général biométrique, d’une vérification biométrique de l’identité du porteur de la carte d’électeur dans les bureaux de vote, d’une authentification de la provenance du bulletin de vote par signature, et d’une recomposition de la CENI.

Au nombre de ces préoccupations, souligne le parti, il y a aussi en bonne place les mesures d’apaisement du climat politique. Celles-ci ont pour nom la libération des détenus politiques et le retour de tous les exilés politiques, la levée définitive des inculpations dans l’affaire des incendies de Lomé et de Kara, la délivrance des cartes consulaires aux Togolais de l’étranger, l’établissement de pièces d’état civil et la délivrance de carte nationale d’identité aux citoyens afin, dit l’ANC, d’en finir avec les inscriptions par témoignage lors des recensements électoraux.

« L’objet de la conférence de presse est de rendre publique la liste des sujets de discussion que l’ANC avait proposé à la CNAP afin que les populations togolaises puissent juger de leur pertinence. Elles seront alors en mesure de vérifier, lorsque le gouvernement daignera rendre publiques ces propositions de réformes qualifiées d’avancée majeure, si elles contribuent réellement à la transparence et l’équité des consultations électorales au Togo », a lancé M. Dupuy.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.