MALI: 16 autres soldats ivoiriens expulsés, les 49 « mercenaires » toujours en détention

0 271

BAMAKO, 17 JUIKKET (ASPAMNEWS)-Les derniers soldats ivoiriens exerçant déjà dans le cadre du NSE encore sur le territoire malien ont été contraints de quitter le Mali. Les 49 militaires ivoiriens arrêtés dimanche dernier à Bamako, non reconnus comme étant des éléments nationaux de soutien aux contingents de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) », sont toujours en détention.

ls sont au nombre de 16 et ils constituaient les derniers opérateurs de la section à remplacer dans le cadre du NSE au Mali. Ces militaires ivoiriens, comme le veut la pratique dans cette opération, étaient restés après le départ des autres pour veiller sur les installations et les matériels avant de procéder à la passation à la nouvelle équipe qui prend le relais.

Mais ces derniers ont été contraints de rentrer en Côte d’Ivoire. Selon une source militaire, sur injonction de Bamako, ils ont quitté le Mali. Expulsés, ces soldats sont rentrés dans la soirée du mercredi 13 juillet.

Contrairement à ces derniers, les 49 militaires qui devaient prendre la relève sont considérés comme des « mercenaires » par Bamako qui les a mis aux arrêts.

Selon l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro a, une médiation des présidents, Faure Gnassingbé et du Congo Denis Sassou Nguesso, est importante pour décrisper la crise née entre le Mali et la Côte d’Ivoire, après l’arrestation des soldats ivoiriens.

« J’ai appris avec gravité l’arrestation, le dimanche 10 juillet 2022, de 49 soldats ivoiriens à Bamako », écrit l’ex-président de l’Assemblée ivoirienne, Guillaume Soro dans le communiqué.

Il fait remarqué que « la crispation née de cet incident entre ces deux pays frères semble n’avoir pas été résolue et laisse craindre un raidissement des différentes parties ». C’est pourquoi, il « en appelle au calme et à l’apaisement ».

« Convaincu qu’une solution diplomatique négociée est possible », M. Soro appelle à « l’implication du Chef de l’État togolais Faure Gnassingbé et à l’appui du Chef de l’État du Congo Denis Sassou Nguesso, pour trouver une solution africaine qui préserve avant tout la dignité de tous ».

Le 10 juillet 2022, le Mali a mis aux arrêts 49 militaires ivoiriens qui venaient d’atterrie à l’aéroport. Selon Bamako, ces soldats sont des « mercenaires », ce que réfute Abidjan. (PMB/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.