GUINÉE-PROCÈS: Dadis Camara coupable ou innocent?

0 2 343

CONAKRY, 13 DÉCEMBRE (ASPAMNEWS)- Accusé de « non-assistance à personne en danger, complicité de meurtres, pillages, assassinat, viol… », dans le dossier du 28 septembre 2009, le capitaine Moussa Dadis Camara a comparu lundi 12 décembre 2022 pour livrer sa part de vérité. Pour Moussa Dadis CAMARA, il n’y a pas de doute qu’il sera libéré après avoir livré sa version des faits. « Aucun de ceux qui sont là (il parle de ses co-accusés) n’a dit que je lui ai donné un ordre d’aller au stade, ni je lui ai donné un véhicule avec des armes », c’est ainsi que Dadis a en quelque sorte résumé sa disculpation dans l’affaire 28 septembre.

En revanche, il a chargé son ancien aide de camp qui, selon lui, n’avait rien à aller chercher au stade s’il n’avait pas un autre objectif. « Allez voir où se trouvait le bâtiment de Toumba et où se trouvait le mien ; il n’avait pas besoin d’aller me chercher au stade… », a-t-il dit, lui qui accuse Toumba d’être l’exécutant d’un complot qui avait été fomenté contre lui par Alpha Condé et Sékouba Konaté.

« Avant que Toumba ne tire sur moi, les services de renseignement m’ont dit qu’il (Aboubacar Sidiki Diakité), va me faire un coup d’Etat. En réponse, je leur ai dit : quittez devant moi. Je ne pouvais pas y croire. Même si c’est mon épouse qui me le disait, j’allais lui dire, fout le campsi tu continues à le dire, tu vas prendre tes bagages…

« Quelqu’un qui tire sur toi à bout portant on vient vous loger dans un même lieu. Vous avez remarqué, quand on était nouvellement installé, j’étais devant. Mais je n’avais pas l’esprit tranquille. Actuellement j’ai dit au directeur si vous ne changez pas la place, je vais dire au président du tribunal. Respectueusement, le directeur de la garde pénitentiaire a changé », a-t-il martelé.

Convaincu qu’il sera libéré…

Le 28 septembre 2009 alors qu’il était à la tête du pays, des bérets rouges de la garde présidentielle ont investi le grand stade de Conakry pour réprimer dans le sang une mobilisation des forces vives, selon l’ONU.

Un bilan provisoire fait était de 157 morts, 109 femmes violées, des dizaines de portés disparus et des milliers de blessés. Moussa Dadis Camara admet avoir une responsabilité morale et non pénale dans ces atrocités. C’est pourquoi, il se dit convaincu qu’il sera acquitté.

« J’ai la conviction que monsieur le président, moi capitaine Moussa Dadis Camara, vous allez me libérer. Parce que personne n’a dit que je lui ai donné des ordres. Personne n’a dit qu’il est complice avec moi. Vous allez condamner le capitaine Dadis parce qu’il est président ?

Non, vous n’allez pas le faire monsieur le président. C’est une responsabilité morale. Elle n’est pas pénale. Si quelqu’un avait dit ici, oui, le capitaine Dadis à l’époque il m’a donné des armes, il m’a donné des véhicules, il a donné des ordres, avec preuves palpables ça allait être des problèmes.

Mais personne à date, même le colonel Blaise va venir il ne l’avouera pas, parce que ce n’est pas mentionné dans son PV… Qui alors ? Libérez moi monsieur le président. J’ai la conviction que vous allez me libérer devant tout le peuple de Guinée », a-t-il lancé.

Le «Dadis show» nouveau n’a aucun avenir

Et voilà que Moussa Dadis Camara président de la Guinée, au moment des faits, attendu pour répondre des horreurs d’hommes qui n’ont fait que sa volonté, nie en bloc toute responsabilité, se lançant dans ces discours vides de tout sens, dont il a seul le secret.

Mais visiblement, le «Dadis show» a fait son temps de divertissement et d’humiliation d’hommes d’affaires et de politiques et n’a plus aucune chance de prospérer! De toute évidence, le capitaine qui voulait se faire passer pour Thomas Sankara, le héros de la révolution burkinabè, lorsqu’il a confisqué le pouvoir par les armes et a tenté en vain de se faire une virginité par les urnes, s’est senti pris dans un piège dont il lui sera difficile, voire impossible de se dépêtrer.

Il a beau, dans une sorte de transe, accuser les anciens présidents Alpha Condé et le général Sékouba Konaté d’avoir fomenté un complot contre sa personne, ses arguties porteront difficilement fruit.

Bien vite, Dadis a perdu la sérénité qui était sienne au moment où il rentrait de son si long exil «ouagalais». Il a visiblement été lâché par les siens et sa cause semble déjà entendue.

Une pierre trois coups pour le colonel Mamady Doumbouya

Le capitaine ne sera ni plus, ni moins que le mouton de sacrifice qui permettra au pouvoir de la transition de faire d’une pierre trois coups: faire diversion autour de la transition dont le contenu et la durée sont mal cernés; faire croire à l’opinion que les droits humains sont une priorité dans une Guinée où, pourtant les dirigeants de la société civile sont embastillés et les responsables politiques contraints à l’exil; et enfin donner l’illusion aux victimes et familles des victimes que leur soif de justice sera étanchée grâce au pouvoir par intérim.

«Sic transit gloria mundi»

«Sic transit gloria mundi», disaient les latins pour dire qu’ainsi passe -vaine- la gloriole des hommes! Et ce sera la véritable leçon de ce procès du 28 Septembre! Voir aujourd’hui le «puissant» Dadis de l’époque se débattre et s’agiter comme face à un ennemi invisible, se perdre dans son raisonnement ou plutôt dans son «déraisonnement» et par moment, sortir du contexte spatio-temporel du procès, cela doit donner à réfléchir aux «intouchables» de l’heure. La valeur cathartique de la scène?  Une véritable leçon de chose, est-on tenté de dire!  Et c’est déjà cela de gagné!

Sus aux anciens dirigeants!

C’est dans la même veine que se présentent ces lourdes sanctions du Département du Trésor américain contre des régimes ou dirigeants politiques soupçonnés de corruption.  Sur cette liste  figure un autre Guinéen, l’ancien président Alpha Condé, chassé du pouvoir en septembre 2021 par le putsch militaire du colonel Mamady Doumbouya. Le gouvernement américain l’accuse de la répression dans le sang de ses opposants qui protestaient contre son troisième mandat.

Comme quoi, nul ne peut être aussi fort pour demeurer éternellement fort! A méditer par nos puissants du jour! (SPM/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.