MALI: grâce présidentielle accordée aux 49 militaires ivoiriens, la CEDEAO égratignée

0 2 408

BAMAKO, 6 JANVIER (ASPAMNEWS)- Dans un communiqué lu ce vendredi par le ministre d’État Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, porte parole du gouvernement, le président de la transition le Colonel Assimi Goïta a gracié les 49 soldats ivoiriens arrêtés et jugés au Mali, sans avoir dénoncé le comportement de la CEDEAO dans cette affaire et surtout du président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo.

Le colonel Assimi Goita a annoncé vendredi 6 janvier 2023, qu’il accordait sa grâce aux soldats ivoiriens condamnés pour mercenariat. Désormais, les 46 soldats ivoiriens sont libres et devraient retourner dans leur pays dans les prochaines heures. Après cet épisode, le gouvernement malien a profité pour régler ses comptes avec le président de la CEDEAO.

« Dans la gestion de cette affaire, qui était bilatérale depuis sa survenue jusqu’à son dénouement, le Gouvernement de la Transition a été indigné par l’attitude partiale de certains responsables contre notre pays », a indiqué la diplomatie malienne.

« Le cas le plus récent est la position agressive du Président en exercice de la CEDEAO, SE M. Umaro Sissoco Embalo, qui après avoir échoué lamentablement à porter atteinte à l’honneur du Mali devant les instances internationales, vient d’opposer un ultimatum au Gouvernement de la Transition concernant la libération des ivoiriens », indique le communiqué.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, le gouvernement du Mali a tenu à « faire remarquer à SE M. Embalo, que depuis, le 14 janvier 2022, le Mali ne figure plus sur la liste des pays intimidables et a définitivement retrouvé sa souveraineté ».

« En effet, à cette date mémorable, le Peuple malien s’est mobilisé massivement pour dénoncer les sanctions illégales, illégitimes et inhumaines de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali. Depuis plus de 10 ans, faisant face seul au terrorisme, sans ces organisations régionales, le Mali a survécu à ces sanctions et le sentiment patriotique du Peuple malien s’est substantiellement renforcé », a rappelé Bamako.

Il va sans dire que l’épisode des soldats ivoiriens est certes clos et les tensions entre Bamako et Abidjan sont réglées, mais la dent du mali contre la CEDEAO ne semble pas encore partie. On risque d’entendre encore parler de cette situation dans les semaines à venir.

Le communiqué

Par Décret n° 2023-0002/PT-RM du06 janvier 2023, SE le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’Etat a accordé sa grâce avec remise totale de peines aux 49 ivoiriens condamnés par la justice malienne pour les infractions suivantes :crimes d’attentat et de complot contre le Gouvernement atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat détention, port et transport d’armes et de munitions de guerre ou de défense intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle et collective ayant pour but de troubler l’ordre public par l’intimidation ou la terreur.

En cette circonstance, le Gouvernement de la Transition et le Peuple malien remercient SE le Colonel Assimi GOÏTA, pour ce geste qui démontre une fois de plus son attachement à la paix, au dialogue, au panafricanisme, à la préservation des relations fraternelles et séculaires avec les pays de la région, en particulier celles entre le Mali et la Côte d’Ivoire.

En outre, cette mesure de grâce prise en toute indépendance, symbolise le souci de SE le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’Etat à promouvoir la bonne gouvernance, dans le cadre de la Refondation du Mali, à travers le respect de l’indépendance de la Justice et la non ingérence de l’Exécutif dans les affaires judiciaires.

La mesure de grâce prise par le Président de la Transition vient ainsi conforter la dynamique créée suite à la signature à Bamako, le 22 Décembre 2022 du Mémorandum d’entente relatif à la promotion de la paix et au renforcement des relations d’amitié, de fraternité et de bon voisinage entre la République du Mali et la République de Côte d’Ivoire.

A cet égard, le Gouvernement de la Transition renouvelle sa profonde reconnaissance au Président de la République Togolaise SEM. Faure Essozimna GNASSINGBE pour ses efforts inlassables et son engagement constant pour le dialogue et la paix dans la région.

Dans la gestion de cette affaire, qui était bilatérale depuis sa survenue jusqu’à son dénouement, le Gouvernement de la Transition a été indigné par l’attitude partiale de certains responsables contre notre pays.

Le cas le plus récent est la position agressive du Président en exercice de la CEDEAO, SE M. Umaro Sissoco Embalo, qui après avoir échoué lamentablement à porter atteinte à l’honneur du Mali devant les instances internationales, vient d’opposer un ultimatum au Gouvernement de la Transition concernant la libération des ivoiriens.

Le Gouvernement de la Transition voudrait faire remarquer à SEM. Embalo, que depuis, le 14 janvier 2022, le Mali ne figure plus sur la liste des pays intimidables et a définitivement retrouvé sa souveraineté.

En effet, à cette date mémorable, le Peuple malien s’est mobilisé massivement pour dénoncer les sanctions illégales, illégitimes et inhumaines de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali. Depuis plus de 10 ans, faisant face seul au terrorisme, sans ces organisations régionales, le Mali a survécu à ces sanctions et le sentiment patriotique du Peuple malien s’est substantiellement renforcé.

Aussi, dans l’intérêt des Peuples Ouest africains, notamment leur sécurité et leur bien-être, le Gouvernement de la Transition invite respectueusement SE M. Embalo, à donner des ultimatums aux groupes terroristes qui constituent la plus grande menace en Afrique de l’Ouest, ainsi qu’à canaliser ses efforts dans l’éradication de la pauvreté dans la région. C’est en cela qu’il fera œuvre utile et rendra service aux Peuples de la CEDEAO, les seuls que nous devons tous servir.
Que Dieu bénisse le Mali et préserve les Maliens!

Bamako, le 06 janvier 2023

Le Ministre d’ Etat, Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation,
Porte-parole du Gouvernement,
Colonel Abdoulaye MAIGA
Chevalier de l’Ordre National

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.