GUINEE: 2 morts et plusieurs blessés par balles suite à une manifestation antigouvernementale

0 1 613

CONAKRY, 17 FÉVRIER (ASPAMNEWS)- Le Front pour la défense de la constitution (FNDC) a appelé les populations du Grand Conakry à manifester hier, jeudi 16 février 2023, pour exiger de la junte du CNRD l’organisation d’un dialogue pour un retour rapide à un l’ordre constitutionnel et la libération des acteurs socio-politiques, l’arrêt de la manipulation de la justice, entre autres. Deux cas de morts et six blessés ont été notifiés selon nos sources.

Selon les informations, jeudi 16 février, sur l’initiative du Front national de défense de la Constitution (FNDC) et malgré l’interdiction de tout rassemblement par le pouvoir militaire, en vigueur depuis mai 2022, des centaines de personnes sont sorties pour manifester leur mécontentement contre la junte au pouvoir en Guinée.

Cette sortie non autorisée, a donné lieu à des échauffourées dans plusieurs quartiers de la banlieue de Conakry, lorsque les forces de l’ordre ont été envoyées pour disperser les manifestants. Dans un communiqué qui ne faisait aucune mention de victimes civiles, la police a indiqué que cette fois des manifestants ont érigé des barrages routiers à plusieurs endroits à Conakry et jeté des pierres sur des véhicules de sécurité.

D’abord, Mamadou Kaly Sow, 22 ans, originaire de Dalaba, et résident à Hamdallaye pharmacie, vendeur de matelas, a été blessé par balles à l’épaule, en début d’après-midi de ce jeudi. Très souffrant, il n’a pu nous expliquer lui-même les circonstances dans lesquelles il a été blessé. Mais, selon un de ses proches, il s’agit bien d’une balle reçue à l’épaule, alors qu’il était dans les environs. Son pronostic vital n’est pas en engagé ; mais, il se tordait de douleurs visiblement atroces au moment de ce bref échange avec un des journalistes de Guineematin.com, dépêché auprès de lui.

Ensuite, Abdoul Karim Bah, âgé de 19 ans, élève en 10ème, également taxi-motard et résident à Hamdallaye pharmacie, a reçu une balle dans le ventre avant de succomber à ses blessures. Son corps est à la morgue de l’hôpital national Ignace Deen, selon son ami Souleymane Diallo, également blessé à la cuisse.

« C’était vers 14 heures, au moment où les jeunes protestaient contre la junte au pouvoir au niveau de Hamdallaye pharmacie. Là, ce sont les militaires qui ont tiré sur notre ami. Nous sommes venus très vite pour le prendre et le mettre sur la moto et on a également été blessé par balle. Moi, c’est deux balles. L’une m’a blessé à la cuisse et la seconde m’a frôlé aux pieds. Au total, nous sommes cinq personnes à avoir été blessées par balle et un est décédé. Il s’agit de notre ami, Abdoul Karim. Les autres sont Moussa Touré, élève en 10ème au Groupe scolaire la Source de la Minière, habitant au quartier Taouyah Mariador résidence et originaire de Dalaba, comme moi. Lui aussi, il a reçu une balle aux jambes ; il y a un certain Castro, un enfant dont j’ignore le nom », a expliqué au téléphone ce partisan du FNDC qui soutient avoir été admis à l’hôpital Jean Paul 2.

Le deuxième cas de mort a été enregistré à Sonfonia Gare 2, toujours dans la commune de Ratoma. Ibrahima Diallo, 16 ans, a reçu une balle à l’abdomen.

Dans la soirée, le FNDC et le gouvernement ont chacun publié son bilan.

Aux alentours de 21 heures, le FNDC (soutenu par les partis politiques les plus représentatifs du pays) a annoncé un bilan de deux morts (Abdoul Karim Bah et Ibrahima Diallo), 58 blessés, 47 arrestations, 7 motos volées, des expéditions punitives et d’incursions dans des domiciles privés, des actes de pillages et d’injures publiques proférées par les forces de défense et de sécurité à l’encontre des riverains et des militants pro démocratie.

Pour sa part, c’est à minuit 50 minutes que Mory Condé, le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, prendra la parole à la télévision publique, la RTG. Et, dans cette communication, le Gouvernement n’a évoqué aucun cas de mort ! Les dirigeants de la junte du CNRD ont dressé un bilan qui fait état de 8 citoyens blessés, 20 agents des forces de l’ordre blessés (dont 7 cas graves), plusieurs véhicules endommagés.

Un haut responsable de la police a déclaré plus tard qu’un manifestant avait été blessé. Cependant, selon les initiateurs de la manifestation, il y a eu au moins 58 blessés et une cinquantaine d’arrestations. Ils ont également indiqué que deux personnes, âgées de 16 et 19 ans, étaient décédées des suites de blessures par balle lors des manifestations. (SPM/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.