SÉNÉGAL/PRÉSIDENTIELLE 2024: une floraison de candidatures

0 1 708

DAKAR, 27 FÉVRIER (ASPAMNEWS)- Après Sonko candidat pour la prochaine présidentielle en 2024, suivi de Gakou, c’est autour de Déthié Fall et de l’ancien Premier Ministre Idrissa Seck, de déclarer leurs candidatures. Comme si cela ne suffisait pas, d’autres hommes politiques sont soupçonnés, car leurs candidatures ne tarderont pas. Le président sortant Macky Sall est lui aussi, selon plusieurs sources, est un potentiel candidat. Les journaux sénégalais titrent principalement sur le début de la tournée économique du chef de l’Etat Macky Sall dans la région de Sédhiou (sud) et la floraison de candidatures pour sa succession en 2024 même s’il n’a pas dit son dernier mot.

A l’entame de la visite du président Macky Sall lundi 27 février pour une tournée économique de cinq jours, Le Soleil explique « comment Sédhiou a changé » en sept ans avec 289,5 milliards de francs CFA investis dans cette région du sud du pays. « Cœur de ville entièrement rénové, belles routes, éclairage performant, cadre de vie chaleureux et verdoyant, Sédhiou offre incontestablement l’image d’une ville charmante en pleine mutation », souligne le quotidien national.

Le Quotidien place « Sédhiou au tournant » à l’occasion de la tournée présidentielle de Macky Sall dans la capitale du Pakao, du lundi au vendredi prochain. « Dans le cadre de l’exécution du programme d’investissement d’un montant de 200 milliards de francs CFA, qui a été adopté par le gouvernement à l’issue du Conseil des ministres décentralisé de 2015 à Sédhiou, beaucoup de projets ont été réalisés dans la région. Tout de même, une kyrielle de chantiers reste inachevée », précise le journal.

Walf Quotidien évoque la présidentielle de 2024 sous l’angle du « jeu de yo-yo » de Idrissa Seck, deuxième en 2019 avec plus de 15% des suffrages. L’ancien maire de Thiès a rallié en 2020 la mouvance présidentielle pour se retrouver à la tête du Conseil économique, social et environnemental (Cese).

A un an du scrutin présidentiel, le leader du parti Rewmi (le pays) est toujours « dans le clair-obscur » concernant son éventuelle candidature ou s’il va soutenir la troisième candidature controversée de Macky Sall. En revanche, « le Rewmi n’est pas en retard et n’est pas un appareil électoral en panne. Le Rewmi travaille », a-t-il précisé lors d’un séminaire organisé samedi par son parti.

Analysant les dernières déclarations du patron de Rewmi, L’AS affirme qu’Idrissa Seck est foncièrement « dans le clair-obscur ». « Je considère encore que la station présidentielle m’attend. (…) Me Abdoulaye Wade devait faire un mandat de 2007 et un deuxième de 2012, ensuite me donner l’exercice du pouvoir de 2012 à 2022 », a laissé entendre M. Seck qui s’est déjà décrit comme un politicien nuancé après son entrisme à Benno Bokk Yakaar (unis pour un même espoir) dans laquelle il « réitère son ancrage », une coalition qu’il « appelle à fortifier ».

Bés Bi parle de « desseins avoués » là où Sud Quotidien note que « les masques tombent » avec les déclarations de candidatures pour « la succession de Macky Sall » en 2024. Outre Idrissa Seck qui indique que « la station présidentielle l’attend toujours », son ancien protégé Déthié Fall, président du Parti républicain pour le progrès (PRP) et un des leaders de la coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi (libérer le peuple), se dit « prêt » pour 2024. Le journaliste Mamoudou Ibra Kane,  patron du groupe Emedia, « prend date » aussi : « Nous ne nous fixons aucune limite ».

Toutefois, note EnQuête, les candidatures multiples à Yewwi Askan Wi, « comme le veut la charte » de la coalition, sont « un couteau à double tranchant ». Mais « il est préférable pour l’opposition d’avoir plusieurs candidats », a objecté Mamadou Lamine Dianté, ancien syndicaliste de l’éducation devenu membre de cette coalition qui vient d’enregistrer les déclarations de candidature pour la présidentielle de 2024 d’Ousmane Sonko, de Khalifa Sall et de Déthié Fall. « Je serai un véritable chef d’Etat qui sera au-dessus des contingences politiques », a assuré M. Fall lors du congrès d’investiture de son parti organisé dimanche à Dakar.

En football, Le Soleil se fait l’écho des bonnes performances « des Lionceaux irrésistibles », vainqueurs (4-0) samedi de l’Egypte, pays organisateur de l’édition 2023 de la Coupe d’Afrique des nations (Can) des joueurs de moins de 20 ans. Les protégés du sélectionneur Malick Daf réalisent le carton plein dans leur poule en attendant le match de quart de finale pour lequel le Sénégal connaîtra son adversaire à l’issue des rencontres prévues ce lundi.

Walf Quotidien salue la bonne santé du football sénégalais avec ce résultat flatteur des Lionceaux qui « font peur avant les quarts ». En trois matchs dans leur groupe, ils ont inscrit huit buts sans en encaisser aucun. Face aux Pharaons d’Egypte, Pape Demba Diop, ancien milieu de Diambars (Sénégal) évoluant maintenant en Belgique, a inscrit un retentissant triplé le plaçant à la tête des meilleurs buteurs du tournoi. (SPM/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.