RUSSIE: « l’objectif de la révolte était de sauver Wagner, pas de renverser Poutine », dixit Evgueni Prigojine

0 3 667

MOSCOU, 26 JUIN (ASPAMNEWS)-Quarante-huit heures après sa tentative de coup de force, le chef de Wagner prend la parole. Dans un premier message audio de onze minutes diffusé lundi 26 juin, à la fin de la rébellion, Evgueni Prigojine affirme que son but n’était pas de renverser le pouvoir russe mais de sauver son groupe paramilitaire menacé d’être absorbé par l’armée. 

«Le but de la marche était d’empêcher la destruction du groupe Wagner et de placer devant leurs responsabilités les officiers qui à travers leurs actes non professionnels ont commis un nombre massif d’erreurs», a dit Evgueni Prigojine, sans révéler où il se trouve, assurant que l’objectif n’était «pas de renverser le pouvoir dans le pays.»

Le samedi 24 juin, la Russie a failli plongée dans une révolution armée. Le patron du groupe paramilitaire Wagner qui avait accusé la veille l’armée russe d’avoir mené des frappes sur les camps de ses bases sur le front ukrainien a lancé une offensive sur Moscou.

Après avoir pris le contrôle de la base militaire de Rostov, centre névralgique de l’opération spéciale en Ukraine, les éléments de Wagner ont voulu marcher sur Moscou. Mais à 200 mètres de la capitale russe, Evguéni Prigojine a appelé ses troupes à se retirer pour éviter un bain de sang. Une décision prise à l’issue de la médiation initiée par le président biélorusse, mettant fin à une guerre civile qui se profilait à l’horizon.

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko, qui a fait office samedi de médiateur entre le Kremlin et Wagner, a proposé des solutions pour permettre au groupe paramilitaire de continuer à opérer, a aussi affirmé Evguéni Prigojine dans le même message audio après la fin du soulèvement. «M. Loukachenko a tendu la main et a proposé de trouver des solutions pour la poursuite des travaux du groupe Wagner de façon légale», a déclaré Prigojine.

L’avancée spectaculaire de Wagner vers Moscou lors de sa rébellion samedi a révélé de «graves problèmes de sécurité» en Russie, a-t-il par ailleurs estimé. Selon lui, ses hommes ont parcouru 780 kilomètres en se heurtant à peu de résistance.

Durant la rébellion, ils auraient également reçu le soutien des habitants des localités traversées. «Les civils allaient à notre rencontre avec des drapeaux russes et des emblèmes de Wagner, ils étaient heureux quand nous arrivions et passions à côté d’eux», a raconté Evgueni Prigojine.

Rappelons que l’ennemi juré de Evguéni Prigojine est le Chef d’Etat major des armées et le ministre de la Défense dont il réclame la démission. (SPM/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.