SOUDAN/GUERRE: plus de trois millions de personnes ont déserté leur foyer

0 1 919

KHARTOUM, 12 JUILLET (ASPAMNEWS)-Plus de trois millions de personnes ont fui leur foyer au Soudan où la guerre fait rage depuis trois mois, l’émissaire de l’ONU, désormais persona non grata à Khartoum, appelant à ce que les deux généraux qui ont déclenché les hostilités « rendent des comptes ».

Le nombre de personnes ayant fui à l’étranger les combats au Soudan avoisine les 724.000 tandis que celui des déplacés dans le pays dépasse les 2,4 millions, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

« Il s’agit de personnes qui ont été déracinées, qui ont fui pour sauver leur vie, de familles qui ont été séparées et d’enfants qui ne pourront plus aller à l’école », a déclaré une porte-parole de cette agence de l’ONU, Safa Msehli.

La guerre sans merci pour le pouvoir qui oppose l’armée, dirigée par le général Abdel Fattah, aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo a également fait depuis le 15 avril près de 3.000 morts –un bilan très sous-estimé.

Sur le terrain, les combats se poursuivent sans répit, notamment à Khartoum, où des millions d’habitants sont toujours bloqués souvent sans eau ni électricité et sous une chaleur accablante.

La capitale a de nouveau été visée mercredi par des raids aériens, rapportent des témoins, l’un d’eux faisant état d' »avions pilonnant des bases des FSR depuis l’aube », d’autres signalant des tirs d’artillerie ailleurs dans la capitale.

Les raids aériens ont récemment gagné en intensité faisant des dizaines de morts parmi les civils. L’armée, n’ayant pas pied sur un terrain largement occupé par les FSR, tente de jouer son unique atout: les bombes venues du ciel.

« Guerre civile totale »

Les deux camps s’enlisent dans une guerre sans issue et la communauté internationale, en ordre dispersé, n’a jusqu’ici obtenu aucune concession, si ce n’est des trêves aussitôt violées.

L’Igad, bloc régional de l’Afrique de l’Est auquel appartient le Soudan, a évoqué un possible déploiement de la Force est-africaine en attente (EASF) « pour protéger les civils et garantir l’accès humanitaire », provoquant l’ire de l’armée, qui a dénoncé un « plan pour occuper le Soudan ».

Les chancelleries –qui ont évacué leur personnel au début de la guerre– dénoncent régulièrement ce que l’ONU présente comme de possibles « crimes contre l’humanité ».

Volker Perthes, chef de la mission de l’ONU au Soudan qui espérait encore à l’aube de la guerre amener les deux généraux à discuter pour dessiner une transition démocratique, veut désormais qu’ils « rendent des comptes ».

La guerre « risque de se transformer en un conflit ethnique, tribal et idéologique qui se rapproche d’une guerre civile totale », prévient-il dans des déclarations mercredi à Bruxelles.

Rappelant les « assassinats, les viols et les pillages » rapportés par de nombreux habitants, il estime que « la majorité des Soudanais ne veulent plus de ces généraux ».

« Conflit qui n’a pas de sens »

De nombreux défenseurs des droits humains exhortent la Cour pénale internationale (CPI) à se saisir des exactions –commises principalement les FSR et des milices arabes alliées au Darfour (ouest).

« La CPI suit bien sûr: ce n’est pas à moi de demander à la CPI de prendre des mesures, mais je pense qu’elle est sur le dossier », assure M. Perthes, alors que des avocats des droits humains soulignent que le mandat donné à la CPI pour enquêter sur la guerre du Darfour des années 2000 court toujours.

Surtout, prévient M. Perthes, il y a un « risque que les pays voisins soient entraînés dans le conflit ».

Dans ce contexte, l’Egypte, voisin influent et allié traditionnel de l’armée, doit accueillir jeudi les dirigeants des pays frontaliers du Soudan, eux-mêmes en proie à des violences ou une grave crise économique.

Pour la chercheuse Kholood Khair, cette réunion permet « de nouveau de dégager du temps pour l’effort de guerre alors que les morts et les déplacés se multiplient ».

De son côté, le Royaume-Uni a annoncé des sanctions contre six entreprises –trois de l’armée et trois des FSR– dont certaines déjà sanctionnées par Washington.

« Des civils innocents continuent à subir les effets dévastateurs des hostilités, et nous ne pouvons simplement pas nous permettre de rester les bras croisés alors que de l’argent de ces entreprises est dépensé dans un conflit qui n’a pas de sens », a déclaré le ministre des Affaires étrangères James Cleverly. (PMD/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.