la France suspend sa coopération d’enseignement supérieur et de recherche avec les futurs étudiants du Mali, Burkina et Niger

0 1 403

15 SEPTEMBRE, (ASPAMNEWS)Dans une correspondance adressée à tous les établissements supérieurs, le ministère français de l’enseignement supérieur et de la recherche  demande la suspension des mobilités étudiantes avec les ressortissants maliens, Burkinabés et Nigériens. 

En  raison  des relations  de coopération difficiles que la France entretient  avec les pays comme le Mali, le Niger et le Burkina Faso, elle a décidé  d’étendre  la suspension  des visas d’études aux étudiants, les boursiers du gouvernement français et les fonctionnaires devant suivre une formation en France.

Le ministère de l’enseignement supérieur et de recherche de la France dit se conformer  à une instruction de I ‘Elysée qui  demande la suspension de toute action de coopération sans aucune dans ces trois pays.

Selon la correspondance des autorités éducatives française, cette instruction inclut également les invitations de chercheurs, les symposiums, conférences, séminaires et colloques.  L’instruction, selon la partie française, met fin  aux  mobilités étudiantes et vaut pour toutes les nouvelles demandes de mobilité.  

« EIle concerne les bourses du gouvernement français, les financements qui transitent par les différents opérateurs et les financements humanitaires », insiste cette correspondance qui exclut de cette mesure les boursiers déjà en France et ou disposant d’un visa ou titre de séjour.

Cependant, les autorités éducatives françaises distinguent les cas des étudiants disposant déjà d’une bourse et d’un visa pour lesquels elles rassurent l’opinion de s’employer à trouver des solutions.

Le communiqué précise qu’il s’agit d’une suspension des mobilités, et non d’une annulation. Il note que  le dispositif peut donc être revu en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain. Toujours les autorités disent  regretter les conséquences de cette situation pour les candidats  à une mobilité en France.

Rappelons aussi que la France, à travers le ministère français de la Culture assure, a dans un communiqué, du jeudi 14 septembre 2023, indiqué, qu’«aucune déprogrammation d’artistes, de quelque nationalité que ce soit, n’est demandée ni par (lui), ni par le ministère des Affaires étrangères».

Cette sortie fait suite d’un e-mail attribué au Quai d’Orsay qui aurait demandé aux acteurs du spectacle vivant de ne pas inviter ni programmer des artistes maliens, burkinabè et nigériens, trois pays ouest africains en froid diplomatiquement avec Paris.

Le ministère français de la Culture est formel: «Aucune déprogrammation d’artistes, de quelque nationalité que ce soit, n’est demandée ni par le ministère des Affaires étrangères, ni par le ministère de la Culture», assure-t-il dans un communiqué dont Wakat Séra a pris connaissance ce jeudi 14 septembre 2023.

Le communiqué du ministère de la Culture intervient à la suite d’un e-mail attribué au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et qui serait envoyé, le lundi 11 septembre aux directrices et directeurs des théâtres publics.

Cette note largement relayée sur les réseaux sociaux demanderait aux programmateurs de salles et organisateurs de festivals de ne plus inviter d’artistes nigériens, burkinabè et maliens qui seraient donc déclarés persona non grata en France.

Le ministère rappelle, du reste, que «pour des raisons de sécurité», la France a suspendu depuis le 7 août, la mise en œuvre de ses actions de coopération culturelle au Niger, au Burkina Faso et au Mali ainsi que la délivrance de visas  dans ces trois pays ouest africains.

Mais le document précise que «cette décision n’affecte pas les personnes qui seraient titulaires de visas délivrés avant cette date ou qui résident en France ou dans d’autres pays». En rappel, en application du principe de réciprocité, ces trois pays ont eux aussi suspendu la délivrance de visas avec Paris.

Depuis le coup d’Etat du 26 juillet au Niger qui a renversé le président démocratiquement élu, Mohamed Bazoum, les relations diplomatiques entre la France et les trois pays de l’Afrique de l’Ouest (Niger, Mali, Burkina Faso) se sont considérablement dégradées.

En plus de la suspension de la délivrance de visa entre ces pays et Paris, il y a également la suspension des vols de la compagnie aérienne française Air France dans ces pays qui est en vigueur depuis le 7 août dernier. (SPM/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.