SÉNÉGAL/PRÉSIDENTIELLE 2024: Bassirou Diomaye Plan B, sous quelle bannière?

0 1 721

DAKAR, 21 NOVEMBRE (ASPAMNEWS)-Bassirou Diomaye Faye est présentement le candidat officiel de Pastef pour l’élection présidentielle 2024. Il a été désigné par Ousmane Sonko et des leaders du Pastef dissous. Mais il sera candidat sous quelle bannière, surtout que le PASTEF a été dissout.

Des leaders de l’ex Pastef, Guy Marius Sagna, El Malick Ndiaye, Abass Fall, Biram Soulèye Diop se sont concertés après la cassation de l’ordonnance du juge Sabassy Faye ordonnant la réintégration d’Ousmane Sonko sur le fichier électoral. Ainsi, en accord avec le président du Pastef dissous, Ousmane Sonko, Bassirou Diomaye a été désigné Plan B du projet Pastef pour l’élection présidentielle de 2024.

Au delà de l’euphorie qui entoure la désignation de Bassirou Diomaye Faye comme candidat de leur ex-parti par Ousmane Sonko la question de l’échelle politique sur laquelle s’appuyer pour viabiliser leur projet politique se pose avec acuité.Le parti Pastef n’existant plus,sur quelle bannière Bassirou Diomaye Faye compte acter sa candidature ?

Ousmane Sonko submergé par ses déboires judiciaires s’est enfin résigné pour désigner son numéro 2 comme étant celui qui doit porter le projet de l’ex-parti Pastef. Mais ce plan B semble lancé sans l’échelle politique légale qui lui permettra d’aller de l’avant.

L’obtention des parrainages est une étape indispensable à la candidature à la présidentielle, qui doit se dérouler avant le dépôt des candidatures prévu du 11 au 26 décembre.

Or, le ministère de l’Intérieur a refusé jusqu’alors de délivrer à Ousmane Sonko les fiches officielles qui lui permettraient de recueillir ses parrainages, en lui opposant que la décision du juge de Ziguinchor n’était pas définitive.

La Cour suprême n’a pas fixé de délai au nouveau jugement concernant cette affaire au tribunal de Dakar. Elle a estimé que la décision prise par le juge de Ziguinchor était irrégulière.Ce qui démontre que les carottes semblent cuites en ce qui concerne la candidature de Ousmane Sonko pour 2024.

Du coup, ce dernier a dû désigner Bassirou Diomaye Faye comme leur candidat mais il n’est nullement mentionné à leur niveau l’échelle politique légale sur laquelle, les Patriotes vont s’appuyer pour viabiliser leur plan B 0Cérise sur le gâteu, Bassirou Diomaye Faye fait face à plusieurs chefs d’inculpation qui  lui ont valu son séjour courant en prison !

Rappelons que les personnalités proches d’Ousmane Sonko, dont le député Guy Marius Sagna, ont déclaré dimanche avoir désigné Bassirou Diomaye Faye candidat à l’élection présidentielle du 25 février 2024 et demandé aux Sénégalais de parrainer sa candidature.

Les députés Birame Souleye Diop et Abass Fall, et El Malick Ndiaye, chargé de la communication du parti politique de M. Sonko dissout par le président de la République, font partie des auteurs de cette décision.

« Après nous être concertés tous les quatre et […] fait valider notre décision par le président Ousmane Sonko, nous demandons unanimement à tous les Sénégalais de lancer, à compter de ce lundi 20 novembre 2023, la campagne de parrainage du candidat Bassirou Diomaye Faye’’, écrivent les quatre personnalités dans une déclaration.

« Ce parrainage, expliquent-ils, nous le voulons comme la meilleure réponse à la volonté du régime de confisquer les droits, le parrainage et la candidature du président Ousmane Sonko par de basses manœuvres.’’

Birame Souleye Diop, Abass Fall, El Malick Ndiaye et Guy Marius Sagna demandent aux Sénégalais d’aller ‘’massivement à la rencontre [des] collecteurs’’ des parrains en faveur de M. Faye. « Faire parrainer le candidat Bassirou Diomaye Faye, c’est faire échec à la stratégie de pourrissement’’ adoptée, selon eux, par la majorité présidentielle contre la candidature d’Ousmane Sonko.

Les auteurs de la déclaration ont tenu toutefois à préciser que « la candidature du président Ousmane Sonko n’est toujours pas écartée’’. « Ses excellents avocats poseront tous les actes nécessaires à tous les niveaux juridictionnels, dans les heures et jours à venir’’, ajoutent-ils.

Bassirou Diomaye Faye, secrétaire général et numéro 2 de Pastef-Les patriotes, le parti de M. Sonko dissous le 31 juillet dernier, est placé en détention depuis avril dernier. M. Faye, âgé d’une quarantaine d’années, est un inspecteur des impôts et des domaines. Arrêté pour outrage à magistrat, diffusion de fausse nouvelle et diffamation envers un corps constitué, il est placé en détention depuis sept mois.

La Cour suprême du Sénégal a déclaré vendredi avoir cassé et annulé la décision du tribunal de grande instance de Ziguinchor (sud) ordonnant la réintégration d’Ousmane Sonko dans le fichier électoral.

Elle a également renvoyé les deux parties, M. Sonko et l’Agent judiciaire de l’État, devant le tribunal hors classe de Dakar.

Le tribunal de Ziguinchor, saisi par les avocats d’Ousmane Sonko, a jugé illégale la radiation de l’opposant du fichier électoral, l’a annulée et a ordonné sa réintégration. Cette radiation l’empêche d’être candidat à l’élection présidentielle. La Direction générale des élections, invoquant sa radiation du fichier électoral, a refusé de délivrer à son mandataire les outils nécessaires à la collecte des parrains pour sa candidature.

Vendredi dernier également, la Cour de justice de la CEDEAO a rejeté le recours déposé par les avocats d’Ousmane Sonko en vue de l’annulation de la dissolution du parti politique de l’opposant par l’État sénégalais.

Mais cette juridiction régionale ne s’est pas prononcée sur la radiation de M. Sonko du fichier électoral, dont elle était saisie en même temps. L’opposant est inculpé d’appel à l’insurrection, d’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et d’atteinte à la sûreté de l’État, depuis le 31 juillet dernier. Il est placé en détention depuis le 28 juillet. (GBS/2023)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.