TOGO: deux journalistes ciblés par le logiciel espion Pegasus

0 2 677

LOME, 24 JANVIER (ASPAMNEWS)- L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a trouvé des traces du logiciel de cyber-espionnage Pegasus dans les téléphones portables de deux journalistes togolais, Loïc Lawson, directeur de publication du « Flambeau des démocrates », et Anani Sossou, journaliste indépendant, qui sont poursuivis pour « diffamation » d’un ministre depuis novembre, toujours en attente d’un procès. (RSF).

Selon Reporters Sans Frontières, au moins 23 intrusions par le logiciel Pegasus ont été constatées sur le téléphone de Loïc Lawson, le directeur de publication du Flambeau des démocrates, au cours du premier semestre 2021. 

« Entre le 1er février et le 10 juillet 2021, au moins vingt-trois intrusions ont été identifiées sur l’un des téléphones utilisés par Loïc Lawson », directeur de publication du journal Flambeau des démocrates, soit « une cadence ahurissante », estime l’ONG de défense des droits de l’information dans un rapport publié mardi.

Anani Sossou, journaliste indépendant, « a également fait l’objet d’une attaque similaire sur son téléphone, quelques mois plus tard, le 25 octobre 2021 », rapporte l’ONG. « Une première au Togo » contre des journalistes, selon RSF, qui « demande aux autorités togolaises de s’expliquer ». Le gouvernement togolais « n’a pas donné suite » aux demandes de l’ONG.

L’ONG a commencé son enquête en décembre, alors que les deux journalistes venaient d’être libérés après dix-huit jours de détention à la prison de Lomé dans le cadre d’une enquête pour « diffamation » envers le ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de la réforme foncière, Kodjo Adedze.

Les journalistes avaient affirmé sur les réseaux sociaux que le ministre s’était fait voler 400 millions de francs CFA (quelque 600 000 euros) à son domicile. Ils étaient ensuite revenus sur leurs affirmations, expliquant que des « investigations poussées » avaient montré que le montant communiqué était surestimé.

Le ministre, qui avait bien déclaré un cambriolage auprès de la police sans que le montant soit rendu public, a porté plainte contre eux. Ils avaient été écroués le 15 novembre puis libérés le 1er décembre. Leur procès s’est ouvert le 17 janvier devant le tribunal de Lomé mais ce dernier s’est déclaré incompétent et les a renvoyés devant la cour d’appel.

Ce n’est pas la première fois que le Togo est épinglé pour son utilisation de Pegasus. En août 2020, une enquête publiée par les quotidiens français Le Monde et britannique The Guardian avait révélé que Pegasus, vendu aux Etats-Unis par la société israélienne NSO, a été utilisé contre des voix critiques du régime de Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, dont « des opposants, des militants de la société civile et des religieux catholiques ».

Rappelons qu’en 20 ans de pouvoir, Faure Gnassingbé a mis en place un système plus sophistiqué, plus pervers, plus prédateur, moins patriotique, plus dangereux que celui de son père. Et il compte désormais régner à vie en se donnant tous les moyens.

Pour ceux qui ne le savent pas, le Pegasus est un logiciel espion, il prend en réalité le contrôle de tout votre téléphone. Aucune application (whatsapp, telegram, signal etc.) ne lui résiste. Si vous êtes une personne exposée politiquement, susceptible d’être espionné, recourir aux applications que je viens de citer ne vous garantit rien.

Nous les journalistes exposés, nous avons l’opportunité de faire analyser périodiquement nos téléphones par des experts. Mais les autres n’ont pas cette chance. Si vous une personne exposée, je vous conseille entre autre d’éviter d’utiliser régulièrement des téléphones Android pour vos conversations sensibles. Éviter de stocker des images intimes sur vos Android ou des documents sensibles.

Prenez toujours un numéro pas en votre nom et utiliser exclusivement des téléphones 123 pour vos appels ou privilégier les contacts physiques s’il le faut.

Observer bien lorsque vous vous retrouvez dans une situation inconfortable soit à la DPCJ, BRI, SCRIC, que les agents enquêteurs en dehors de leurs Android personnels, utilisent toujours un second téléphone 123 sur lequel ils reçoivent les instructions de leurs patrons.

Ce n’est pas un hasard. Faure Gnassingbé lui-même utilise ces téléphones avec certains de ses ministres en mission pour passer des messages. Pendant longtemps Faure Gnassingbé utilisait le Nokia 3310. Il se sert d’autres aujourd’hui qui ne sont pas des Android.

Pour résumé, tout système de surveillance au monde a des failles. Israël malgré ses moyens s’est fait surprendre la dernière fois. Le but recherché par ces méthodes de voyou c’est de semer la psychose dans l’opinion et d’amener les citoyens à vivre dans la peur permanente. Il ne faut surtout pas céder à cela. Il faut se donner des moyens de contourner l’obstacle. J’en ai parlé juste de deux, il y en a d’autres. (DPB/2024)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.