BENIN/NIGER-CRISE: le Cameroun prêt à servir de corridor de contournement

0 2 234

YAOUNDE, 24 MAI (ASPAMNEWS)- Pendant que les voies de contournement empruntées pour faire passer les personnes et les biens en raison de la fermeture des frontières du côté du Niger sont bloquées depuis ce mercredi 22 mai 2024, le Cameroun se dit prêt à servir de corridor pour le transport des marchandises à destination du Niger.

Depuis le coup d’Etat contre le régime de Mohamed Bazoum, le Niger et le Bénin entretiennent des relations complexes. Malgré l’ouverture de la frontière coté béninois, le Niger a maintenu sa frontière fermée. Niamey accuse Cotonou d’abriter des bases militaires françaises ou des terroristes sont formés pour attaquer le Niger.

Des accusations démenties par le gouvernement béninois. Lors d’une rencontre jeudi avec le secteur privé nigérien, le Premier ministre Ali Mahaman Lamine Zeine a conseillé aux opérateurs économiques nigériens de transférer leurs conteneurs vers le Togo.

Par ailleurs, le Chef du gouvernement assure que le Cameroun est aussi prêt aider le Niger en servant de corridor pour le transport des marchandises à destination du Niger en passant par le Tchad. Ali Mahaman Lamine Zeine n’a pas donné de précisions sur cette annonce. Il faut préciser que Yaoundé et Niamey entretiennent de fluides relations.

Rappelons que depuis mercredi 22 mai 2024, plus de passage de marchandises et de personnes via le fleuve Niger. Le transport de personnes et de biens à travers d’autres voies de contournement est également interdit. Désormais, tout doit nécessairement passer la frontière. Des éléments de la police républicaine déployés à Malanville, commune frontalière du Niger y veillent.

Leur mission consiste à interdire la circulation des conducteurs et des voyageurs transportant des bagages dans la ville, afin de renforcer le contrôle et empêcher tout passage illégal. Fraternité apprend que à Guéné, à l’entrée de Malanville, les bus provenant des capitales de la sous-région telles que Ouagadougou, Accra, Lomé ou encore Cotonou, sont systématiquement arrêtés.

L’objectif visé est d’empêcher les voyageurs de contourner les barrages en suivant des guides et de passer illégalement au Niger. Plusieurs personnes sont déjà interpellées aussi bien dans le rang des organisateurs de passages frauduleux que parmi les voyageurs eux-mêmes par la police. (KDY/2024)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.