TOGO/RAPPORT: La LTDH persiste et signe il y a bel et bien eu 22 morts et de graves violations des droits de l'homme

0 92
La Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) répond au gouvernement togolais au sujet du rapport sur la situation des droits de l’homme au Togo qu’elle a publié en début de semaine. Dans un communiqué, la Ligue a estimé qu’elle s’attendait à une réaction pareille des autorités togolaises après la publication du rapport.
Célestin Kokouvi Agbogan et son bureau précisent que les graves violations des droits de l’homme au Togo contenues dans le  document ne sont que de pures réalités. Ils dénoncent l’intimidation, la menace du gouvernement et lancent un appel à la communauté internationale.
Dans son rapport sorti lundi, la LTDH faisait mention de 22 morts, 941 blessés dont 202 par balle, 472 arrestations, 255 personnes libérées et 53 toujours en détention durant la période du 19 août 2017 au 20 août 2018.
Pour le gouvernement togolais, il s’agit d’un « bilan partisan et dénué de tout fondement objectif ». Il a dans la foulée annoncé une suite judiciaire contre la LTDH.
Quelques heures après la sortie du gouvernement, l’organisation de défendre des droits de l’homme revient à la charge et affirme que le gouvernement togolais  est « champion » en la contestation des rapports des droits de l’homme.
« La LTDH n’a nullement été surprise par cette démarche du gouvernement togolais, coutumier de la dénégation systématique des cas de violation des Droits humains. Le contraire nous aurait plutôt étonné étant donné que les autorités togolaises ont toujours critiqué tous les rapports produits par la LTDH depuis sa création sans jamais parvenir à convaincre l’opinion en apportant la preuve contraire », soutient  le communiqué de la Ligue.
Quand le gouvernement qualifie le dit  rapport  « de partisan et dénué de tout fondement objectif », la LTDH rassure qu’elle a effectué sur le terrain avec beaucoup de diligences et de professionnalisme ses enquêtes pour aboutir à ce bilan.
Concernant l’affirmation selon laquelle le but visé par la Ligue serait de faire porter par le gouvernement la responsabilité de violences et des dérapages ayant entrainé des pertes en vies humaines, la LTDH précise que c’est plutôt la réalité des faits qui rendent le gouvernement responsable des graves violations et atteintes aux droits humains.
Par conséquent, l’organisation dénonce « une tentative d’intimidation, de menace, de pression et de discrédit entrepris par le gouvernement » à son égard, et en appelle à l’opinion nationale et internationale, aux missions diplomatiques et consulaires accréditées au Togo d’œuvrer à ses côtés afin de défendre les défenseurs des droits de l’homme au Togo. (TBN/2018)
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.