MALI/FRANCE: divorce consommé et la tension ne baisse pas

0 1 298

3 MAI (ASPAMNEWS)- Un secret de polichinelle se confirme désormais au quotidien, non plus par des invectives par voie de presse interposée, mais par des actes qui montrent à quel point, les deux pays «amis» d’antan sont devenus des ennemis jurés. Le dernier coup de sang de la junte militaire au pouvoir à Bamako s’est manifesté lundi de Ramadan, jour qui marquait la fin d’une période de jeûne, de pénitences diverses, de partage, mais aussi de pardon. Un pardon qui, visiblement, est sorti du répertoire des protagonistes qui ne manquent plus aucune occasion pour se lancer des salves imparables.

Intimidation, espionnage, subversion. La France s’adonnerait à ces actes répréhensibles sur le territoire malien en toute illégalité. En tant qu’Etat souverain, le gouvernement du Mali l’a rappelée à l’ordre et l’a invitée à inscrire ses actions dans un cadre de respect mutuel.

Dans sa dénonciation, le gouvernement malien ne tergiverse pas. Aux dires du ministre porte-parole du gouvernement, la France mène des activités de violation de son espace aérien. Un agissement auquel elle s’adonnerait depuis le début de l’année. De cette période à la date de la publication d’un communiqué le 26 avril, le gouvernement rapporte 50 cas de violation « délibérés » par des aéronefs étrangers opérés par les Forces françaises souvent de façon déguisée.

Dans leur manœuvre avec ruse, les Forces françaises sont pointées du doigt pour falsification de documents de vol, refus d’obtempérer aux instructions des services de contrôle aérien, atterrissages d’hélicoptères, sans autorisation, dans les localités hors aérodromes, vols d’avions de renseignements et de drones à haute altitude. « L’un des cas les plus récents a été la présence illégale d’un drone des Forces françaises, le 20 avril, au-dessus de la base de Gossi, dont le contrôle a été transféré aux Forces armées maliennes (FAMa), la veille. Ledit drone était présent à partir de 11h45 pour espionner nos vaillantes FAMa », a affirmé avec précision le ministre e l’Administration territoriale et des Collectivités, le colonel Abdoulaye Maïga. Toujours avec le même doigt accusateur, il a indiqué que, outre l’espionnage, les Forces françaises, pourtant sommées de quitter le Mali depuis le 18 février dernier, se sont rendues coupables de subversion en publiant des fausses images montées de toute pièce dans le but d’accuser les FAMa d’être les auteurs de tuerie de civils et dans le but de ternir leur image au moment où elles sont plus que jamais engagées pour la libération du territoire national et la sauvegarde des populations.

Chaque camp bande davantage les muscles, comme pour dire à une certaine opinion que c’est lui qui prend les initiatives. Sinon, comment comprendre que, c’est alors que les Français ont fait leurs paquetages et sont en train de remettre progressivement les clés des bases qu’ils occupaient dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, que les autorités de la transition malienne, annoncent la dénonciation d’accords de défense signés avec la France et des partenaires européens? Un nouvel épisode du bras-de-fer qui, visiblement, pour l’instant peut-être, n’émeut pas Paris et les Occidentaux qui avaient décidé d’aller voir ailleurs.

Si la dénonciation du traité de coopération en matière de défense signé le 16 juillet 2014 avec la France, tout comme les accords qui encadrent le statut des forces Barkhane et Takuba, devrait prendre officiellement effet dans six mois, c’est avec «effet immédiat» que les autorités maliennes ont rompu le Sofa de mars 2013 qui sert de pilier à l’engagement de la force française Serval sur les cendres de laquelle est née Barkhane, de même que le protocole additionnel de mars 2020 relatif à la présence des détachements européens de Takuba. S’il l’on peut reconnaître au Mali sa volonté réitérée de faire respecter sa souveraineté, c’est difficile d’expliquer cet empressement soudain à chasser les Occidentaux des bords du Djoliba.

Cette nouvelle montée de fièvre entre Paris et Bamako, tire, probablement, sa source des derniers développements de la crise, alors qu’accusée par la partie malienne de «subversion», d’«espionnage» et de «viol d’espace aérien malien», la France a réfuté ces arguments avec la dernière énergie. En effet, avec comme preuve des images de drone, les Français ont battu en brèche les accusations selon lesquelles ils seraient responsables de charnier découvert dans le périmètre du camp de Gossi fraîchement remis entre les mains des Forces armées maliennes (FAMa). Paris a, d’ailleurs, pointé du doigt, les éléments de la société privée de sécurité russe Wagner, d’être à l’origine de cette opération macabre d’enfouissement de cadavres.

Sans s’ériger en avocat de Français, qui refusent ce bébé et d’autres qui pourraient leur être faits dans le dos, on peut se demander pourquoi cette dénonciation subite d’accords, pendant que l’autre partie contractante est déjà en train de sortir du ménage devenu invivable pour elle. Le dessein inavoué est-il de jeter un gros caillou dans la machine de réarticulation, dans le Sahel, des forces occidentales, les pestiférées de Bamako dont l’expertise, notamment en formation des armées locales, l’affinement des services de renseignement, et les interventions aériennes, s’avèrent importants dans la lutte contre l’hydre terroriste qui enlace désormais toute l’Afrique de l’ouest?

Certes, la France porte le péché originel de nation colonisatrice, et fait peu ou prou, pour s’en débarrasser et considérer les pays africains dans une nouvelle relation de partenariat véritable gagnant-gagnant. Faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain et se priver des avantages que l’Afrique pourrait tirer de l’appui des Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme? En tout cas, la culture du sentiment anti-occident constitue du pain béni pour les militaires maliens dans leur entreprise de garder le pouvoir qu’ils ont confisqué à l’aide de deux coups d’Etat. (WKM/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.