BURKINA FASO/TRANSITION POLITIQUE: assises nationales, solution ou plus de problèmes

0 1 841

OUAGADOUGOU, 14 OCTOBRE (ASPAMNEWS)– Il se tient à partir du vendredi 14 octobre 2022, les assises nationales sur la conduite de la Transition au Burkina Faso, après le coup d’Etat du 30 septembre, au cours de laquelle la Charte de la Transition sera adoptée et le président de cette Transition désigné. Mais déjà certains observateurs invitent le capitaine Ibrahim Traoré à assumer ses responsabilités de président du Faso pour le bonheur du peuple et soulignent qu’il serait « trop suicidaire » de confier le pouvoir à la vieille classe politique.

Mais en réalité, c’est plus que des assises, c’est l’avenir du Burkina Faso qui se joue. Car de ces assises dépendra la suite de l’histoire du pays, du moins de ce qu’il en reste. De fait, de ce qui ressortira de cette grand-messe, il y a des risques de manifestations qui ont du reste commencé.

C’est dire s’il faut imaginer la tournure qu’elles pourraient prendre si ceux qui sont dans la rue ne sont pas satisfaits des conclusions des assises. Il y a donc lieu de tenir compte de la volonté populaire, surtout dans la désignation de celui qui va diriger la Transition, car comme le disait l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, « le fauteuil présidentiel appartient au peuple ». Mais faut-il faire plaisir au peuple, même si son choix n’est pas la solution ? Surtout que certains appellent les militaires qui se sont battus pour leur « chose » de la garder.

Face à cela, il faut se dire que s’il y a des personnes compétentes et intègres chez les militaires, il y en a aussi chez les civils. Tout comme il y a des personnes médiocres chez les militaires, et aussi chez les civils. C’est dire donc que le profil du président de la Transition n’est pas déterminé par sa provenance mais par sa capacité à répondre aux besoins du moment.

Parce que, et il faut insister là-dessus, ce ne sont pas les beaux yeux de celui qui prend le pouvoir qui plaisent aux Burkinabè. C’est plutôt la situation qui prévaut au moment où ce dernier vient aux affaires qui pousse à l’accepter, avec comme conséquence que quand le nouvel homme fort ne se montre pas à la hauteur des attentes, personne ne bronche en cas de coup d’Etat ou autre chose.

Le putsch de Diendéré n’est pas passé, parce que les Burkinabè avaient estimé que la Transition de 2015 se déroulait normalement. Celui contre Roch Kaboré est passé parce qu’ils ont estimé que le pays était dans l’ornière, celui contre Damiba trouve également le pays au creux de la vague.

Toutefois, il est difficile de dire que la solution devrait venir du Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), lui qui a pris le pouvoir en janvier sans parvenir à maintenir ne serait-ce que la cohésion en son propre sein. Mais en même temps, le pays est en guerre et il faut que le nouveau président soit sur le pied de guerre et qu’il soit en mesure de recoller les morceaux de l’Armée. Est-ce qu’un civil peut faire ça ? Rien n’est moins sûr.

Il faut aussi tenir compte du fait que le problème du Burkina Faso n’est pas que militaire. A notre sens, il faudra discuter de certaines questions fondamentales qui concernent l’Etat, dans ses rapports avec ses différentes composantes, ses régions, ses religions, ses ethnies, les pauvres, la bonne gouvernance…, somme toute, gérer la crise de l’Etat dont souffre le grand corps malade qu’est le Burkina Faso.

Et cela un civil, un homme neuf, même s’il n’est pas un oiseau rare qu’il soit un de bonne augure et il pourrait faire l’affaire. Ce sont des aspects à prendre en compte, sinon les assises nationales sur la conduite de la Transition risquent d’être un problème de plus qu’une solution.

Et, le Dr Dr Dramane Ouattara sociologue d’ajouter: « Moi, mon choix est un président militaire. Le capitaine Traoré est l’homme qu’il faut. Il est rassurant à travers ses mots, il est un peu protecteur de la population, il est plutôt nationaliste et il semble prendre en compte les desideratas de la population. En tant que soldat qui est arrivé par un coup d’Etat, il devrait s’assumer ; ce qui va soulager le peuple », s’est justifié le Dr Dramane Ouattara pour qui la tenue des assises des 14 et 15 octobre n’a pas son sens.

« Je trouve que le semblant de démocratie qu’on veut faire en organisant ces assises n’a pas son sens. Les militaires qui ont pris le pouvoir devraient constituer un collège de sages juste décisionnel en leur sein pour décider, pour agir et je crois que le pays se porterait mieux. Je pense que les assises vont permettre de donner plus de légalité aux actions qui seront posées par le président qui va en ressortir. Mais il ne faudrait pas que ces assises soient l’occasion pour la vieille classe politique de s’accaparer encore du pouvoir. Et si tel est le cas, ce serait encore poser les jalons de l’échec du MPSR 2 », a-t-il prévenu (WKT/2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.