UKRAINE/RUSSIE: Drones, raid frontalier, le Kremlin sous pression

0 1 911

13 MARS (ASPAMNEWS)Moscou a affirmé avoir repoussé dans la nuit et la matinée de multiples attaques d’unités russes depuis l’Ukraine contre des régions frontalières. Dans le même temps, des drones ukrainiens ont frappé le territoire russe en profondeur.

À défaut de pouvoir glisser un bulletin dans l’urne, c’est en char d’assaut que les volontaires russes combattant pour l’Ukraine ont fait entendre leurs voix. À trois jours de l’élection présidentielle verrouillée qui promet de prolonger jusqu’en 2030 le règne sans partage de Vladimir Poutine sur la Russie, les combattants de la légion « Liberté de la Russie » ont lancé mardi 12 mars un raid sur la région russe de Koursk, frontalière de l’Ukraine. 

« Nous allons reprendre notre terre au régime centimètre par centimètre, promettait à l’aube de l’assaut cette unité sur son compte Telegram. Les Russes pourront voter pour qui ils veulent, pas pour celui qu’on les oblige à élire. Les Russes pourront vivre libres. »

«Ce matin, les unités des forces armées russes et du service des gardes-frontières du FSB ont fait échouer une tentative du régime de Kyiv d’effectuer une percée sur le territoire de la Russie dans les régions de Belgorod et Koursk», a indiqué mardi 12 mars le ministère de la Défense.

Nous avons traversé la frontière», a affirmé de son côté la légion Liberté de la Russie sur Telegram, en publiant une vidéo de trois véhicules blindés roulant dans la nuit sur un chemin de campagne. Cette unité de combattants russes hostiles au régime de Poutine, qui prétend avoir pris le contrôle du village de Tiotkino, dans la région de Koursk qui jouxte l’Ukraine, assure y avoir détruit un blindé. 

«Les soldats de l’armée de Poutine s’enfuient à toutes jambes. Derrière eux restent des agglomérations, du matériel et, surtout, des citoyens russes, abandonnés et inutiles», lit-on sur le fil Télégram de l’unité.

Sur une autre vidéo, un combattant qui parle devant un drapeau de la légion promet que la «nuit ne sera pas simple dans la région de Koursk». Une vidéo des combats a également été publiée par le Bataillon sibérien, une autre formation armée russe antirégime, qui affirme que «de violents combats se déroulent sur le territoire de la Fédération de Russie». Sans rien confirmer officiellement, le maire de la ville de Koursk a toutefois ordonné la fermeture de toutes les écoles jusqu’à vendredi.

Les régions de Moscou, Leningrad et Toula également touchées

Cette incursion armée par ces bataillons de Russes qui combattent du côté ukrainien n’est pas la première dans ces régions frontalières. Elle survient après une importante attaque, dans la nuit de lundi à mardi, de drones ukrainiens sur le territoire russe, et pas seulement dans les régions limitrophes de Koursk, Belgorod, Briansk et Rostov, mais aussi loin que celles de Moscou, Leningrad et Toula.

Deux sites énergétiques ont été ravagés par des incendies, dans la région d’Orel et, à des centaines de kilomètres du front, dans celle de Nijni-Novgorod. A Belgorod, un drone ukrainien s’est écrasé sur la mairie, endommageant la façade et faisant voler les vitres, comme en témoignent des images postées par le maire, Valentin Demidov, sur les réseaux.

Deux personnes ont été blessées, une femme par des éclats d’obus, une autre aurait subi une commotion cérébrale. Un autre drone a touché un centre commercial sans faire de victime.

En fin d’après-midi, le ministère de la Défense russe continuait d’affirmer que toutes les attaques de la journée avaient été repoussées avec succès, assurant que sept chars ukrainiens, trois Bradley américains et deux véhicules blindés de transport de troupes avaient été détruits à la frontière.

Fondée peu après l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine en 2022, la légion « Liberté de la Russie » ne compte qu’entre quelques dizaines et quelques centaines de soldats se présentant comme des citoyens russes opposés au régime du Kremlin. Outre son rôle d’outil de communication anti-Poutine pour signifier… (DPG/2024)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.